Le_Potentiel logo
Le_Potentiel logo

Un ’’poutin africain’’

Partager :

paul kagame en tenue militaire

Les pauvres n’ont, très souvent, que leurs yeux pour exprimer leur chagrin. Toutefois, pour pleurer, ils ont besoin de l’autorisation des chefs qui décident de tout pour, enfin, déverser des torrents de larmes. CQFD.

Il y a quatre mois. Le monde a assisté, en direct, à l’invasion de l’Ukraine par son puissant voisin, membre permanent du Conseil de sécurité de l’ONU. Divisé, le monde s’est contenté de faire l’autruche pour ne pas globalement condamner ou se voir condamné. Eh bien, c’est aussi ça le côté maffieux des Relations internationales.

Curieusement, au fil du temps, l’invasion s’est transformée en ’’guerre’’. Guerre entre deux pays. Et depuis, des camps retranchés se sont dessinés non seulement sur la carte mais également sur les comptes bancaires des puissances occidentales.

Au pays envahisseur, l’Otan a infligé des sanctions économiques lourdes, dont l’effet le plus inattendu est la folle course à l’enchérissement des prix du pain, du maïs, du pétrole et du gaz produits en quantité par les belligérants.

Face aux perturbations de l’économie mondiale, Washington, Paris, Berlin, Union européenne et Londres ont décaissé plus de cinquante milliards de dollars en vue de ’’soutenir le peuple courageux d’Ukraine’’.

Loin des préoccupations de l’Otan, un ’’poutin africain’’ tente, pour une énième fois, de venir coloniser la RD Congo. Il recourt à des séparatistes pro-Rwanda – le M23 – pour grignoter à son profit la superficie de mon pays. Conséquence : la souffrance des Kivutiens et les pleurs des Congolais sont intarissables.

Kinshasa peut-il, comme Kiev, attendre la bienveillance de l’Otan pour sanctionner l’envahisseur ? Malheureusement non. Ses cris ne sont même pas relayés par l’Union africaine.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

12 − dix =

Voir Aussi