Le_Potentiel logo
Le_Potentiel logo

En sit-in devant l’ambassade du Rwanda à Kinshasa : Nouvel Elan de Muzito exige l’expulsion de Vincent Karega

Partager :

sit in de nouvel elan de muzito devant le rwanda

Le parti politique Nouvel Élan du Premier ministre honoraire Adolphe Muzito, membre de la plateforme Lamuka, a organisé un sit-in, jeudi 2 juin 2022, devant l’ambassade du Rwanda à Kinshasa-Gombe, pour « réclamer la rupture diplomatique entre Kinshasa et Kigali, l’expulsion de l’ambassadeur rwandais Vincent Karega ainsi que manifester son soutien aux Forces armées de RDC (FARDC) ».

Lors de leur manifestation, les militants et sympathisants de cette formation politique s’étaient menus des drapeaux de leur formation politique et des affiches sur lesquelles on pouvait lire « Karega doit partir » et « Soutien total aux FARDC ».
« Nous sommes ici devant l’ambassade du Rwanda pour exiger la rupture diplomatique entre la RDC et le pays de Kagame, le rappel à Kinshasa de l’ambassadeur de la RDC accrédité au Rwanda, et surtout le départ du diplomate Vincent Karega… Nous voulons que nos frères de l’Est vivent dans la paix, nos enfants partent à l’école et que la population de ce coin vaquent librement à leurs occupations », a déclaré le secrétaire général de Nouvel Elan, Blanchard Mongomba.

Abordant dans le même sens que le SG de sa formation politique, Chantal Muzito a demandé aux Congolaises et congolais d’être unis et de soutenir les FARDC. « Je demande à tous les Congolais de se ranger derrière les FARDC pour traquer les ennemies de la paix dans la partie l’Est de notre pays. Tenons-nous donc la mains dans la main pour mettre hors état de nuire l’ennemie de la paix dans notre pays », a-t-elle déclarée en substance.

Dans une déclaration lue pour la circonstance, devant les chevaliers de la plume, par son coordonnateur en charge de la jeunesse, Joël Lopez, Nouvel Elan exige « l’expulsion du diplomate rwandais Vincent Karega vers son pays et la conduite d’une vaste réorganisation des FARDC, des services de sécurité, de la police et de l’immigration, notamment en expurgeant ces services de tous les cadres issus de l’Armée patriotique rwandaise, de toute personne ayant collaboré où collaborant, de quelle que manière que ce soit avec le Rwanda ».

Le parti politique de Muzito exige également « la reconnaissance officielle du Rwanda comme pays agresseur de la RDC, le dépôt par la RDC d’une plainte auprès des instances judiciaires compétentes internationales contre le régime de Paul Kagame, afin de l’obliger à répondre de tous les crimes contre l’humanité commis en RDC depuis le 2 août 1998, la dénonciation de tous les accords signés avec Rwanda depuis 2019, la fin de l’exploitation commune de l’or congolais par la société Sakima et l’arrêt de son raffinage au Rwanda, l’interdiction définitive des vols de la compagnie Rwandair sur le territoire national congolais, l’arrêt définitif des activités des sociétés rwandaises telles que Africell, la construction dans les meilleurs délais d’un mur de séparation avec les états agresseurs dans l’Est de la RDC, etc. »

Il sied de souligner qu’aucun incident malheureux n’a été signalé lors de cette formation qui a été encadrée par des éléments de la police nationale congolaise dépêchés sur place.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Voir Aussi