Le_Potentiel logo
Le_Potentiel logo

Visite du couple royal : Kinshasa – Bruxelles, nous revoici

Les relations entre la République démocratique du Congo et le royaume de Belgique sont tellement historiques que rien, même pas les aléas de parcours, ne peut effacer cette page d’histoire écrite au prix d’abnégation et de dur labeur par nos « pères de l’indépendance ». Plus qu’une simple coopération diplomatique, Kinshasa et Bruxelles traînent derrière eux une mémoire collective à préserver et un riche héritage à léguer aux générations présentes et à venir. Entre les deux peuples, c’est une histoire d’amour qui devra se transmettre de père en fils, hormis sa charge émotionnelle. Que les Congolais se soient mobilisés pour réserver un accueil délirant au roi Philippe et à la reine Mathilde ne devrait pas être considéré comme la marque d’une naïveté béante. Moulée dans la logique de son hospitalité légendaire, la RDC sait user du bâton et de la carotte vis-à-vis de son ancienne métropole. Mais qu’on ne se méprenne. Cette première visite du neveu du roi Baudouin sur le sol congolais depuis son investiture en 2013, augure un nouveau départ après un climat tumultueux et glacial qui a régné entre les deux nations (RDC et Belgique). Bien plus, c’est une victoire de la diplomatie agissante mise en place par le président Félix Tshisekedi. Reste aux Congolais de capitaliser ce renouveau sans occulter de graves erreurs commises par la Belgique durant près d’un demi-siècle. En fait de visite, c’est tout un mea culpa que le septième roi des Belges vient présenter aux Congolais qui ont payé le plus le lourd tribut d’une relation qui a évolué en dents de scie depuis l’époque coloniale.

Partager :

le roi philippe et le président tshisekedi

Le roi Philippe a été accueilli en triomphe, mardi 7 juin 2022, pour sa première visite officielle à Kinshasa. De l’aéroport international de N’Djili jusqu’à sa résidence temporaire de Gombe, la population kinoise était très mobilisée pour ovationner le roi des Belges et la reine Mathilde, arrivés à 15 heures locales.

Accueillis à leur descente d’avion par le couple présidentiel de la République démocratique du Congo, le couple royal belge a traversé la haie d’honneur constituée d’officiels belges et congolais. Les présidents de deux Chambres du Parlement, le Premier ministre, le vice-Premier ministre et ministre des Affaires étrangères, le ministre de la Communication et des Médias étaient parmi les personnalités présentes à l’aéroport international de N’Djili.

À la tête d’une forte délégation, le souverain belge entame une longue visite de travail de 6 jours en terre congolaise, comprenant, entre autres, le Premier ministre Alexandre De Croo.

Après trois jours à Kinshasa, le roi Philippe et la reine Mathilde sont attendus à Lubumbashi puis Bukavu. À l’étape de Kinshasa, le roi des Belges sera reçu au Palais de la nation par le président de la République, Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo, puis il visitera le Musée national avant de s’adresser au Parlement congolais.

Ce discours est très attendu, car devant s’inscrire dans la suite de son message historique adressé au président Félix Tshisekedi en 2020 dans lequel il demandait pardon pour le lourd tribut de la colonisation.

Des réactions qui font foi

Parmi les officiels congolais présents à l’aéroport international de N’Djili, le président de l’Assemblée nationale, a salué, au nom de tout le peuple congolais, cette visite qui rétablit les relations entre la RDC et la Belgique.
« Vous avez vu que le roi a été bien accueilli ; il a été accueilli avec enthousiasme. Mais j’ai constaté un fait bien que nous, on ne voulait pas par politesse tendre la main ; mais le roi voulait à tout prix serrer les mains aux autorités congolaises. Ça signifie que le roi est venu et nous envoie deux messages. Le premier message, c’est d’enterrer une page d’histoire douloureuse entre la République démocratique du Congo et le royaume de Belgique. Deuxièmement, ouvrir une nouvelle page de coopération dynamique et privilégier tout ce qui nous unit », a déclaré Christophe Mboso.

« Il sera demain devant le peuple congolais ; il devrait s’adresser à travers les parlementaires au peuple congolais qui y sera là d’ailleurs. Le peuple sera là, c’est pour cela que le discours du roi va se dérouler sur l’esplanade à l’extérieur. On est en train de se rentre les comptes. Chacun payera sa facture et nous, on nous restituera le corps de notre premier Premier ministre. C’est une bonne chose. La. Belgique a fait un bon pas en reconnaissant cela et en nous restituant les restes du corps du Premier ministre Lumumba, c’est déjà un geste qu’il faut saluer », a fait savoir speaker de la Chambre basse du Parlement.

Pour sa part, le ministre des Congolais des Affaires étrangères, Christophe Lutundula parle d’une coopération gagnant-gagnant entre la RDC et la Belgique. « La visite du roi de la Belgique s’avère une volonté de relancer un certain nombre de projets, un partenariat gagnant-gagnant et une coopération en matière de défense », a-t-il déclaré le lundi 6 juin 2022, au cours d’un briefing spécial co-animé avec le ministre de la Communication et des Médias sur l’arrivée du roi belge en RDC.

« Ce voyage est une volonté politique ostensiblement exprimée après des moments de détérioration des relations entre Kinshasa et Bruxelles », a-t-il dit. Et d’ajouter : « La visite de sa Majesté le Roi Philippe et de son épouse est un évènement de haute portée diplomatique et politique ».

De son côté, le ministre congolais de la Communication et des Médias, Patrick Muyaya, a salué les relations affermies entre la RDC et la Belgique à l’occasion de la visite du roi Philippe. « Avec la Belgique, il sera aussi question de mémoire et de réconciliation », a-t-il souligné.

Selon le ministre Muyaya, la visite du roi des Belges marque un point de plus dans la stratégie diplomatique du président Félix-Antoine Tshisekedi que porte Christophe Lutundula.

Comments 1

  1. Avatar Mutombo wa zambi says:

    Merci au potentiel de nous tenir tjrs informé avec des informations vrai.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Voir Aussi