Le_Potentiel logo
Le_Potentiel logo

Combats FARDC-M23 : l’usage des canons à longue portée certifie le soutien de Kigali aux terroristes

En dépit de multiples appels de l’ONU, UA, CIRGL et autres à une reddition sans condition des armes, les terroristes du M23 poursuivent les affrontements contre les FARDC prêtes au sacrifice suprême pour préserver la patrie. Dans leur assaut, ces terroristes ont démontré une énième preuve du soutien militaire de son allié naturel, le Rwanda, par l’usage des obus de canon à longue portée.

Partager :

guerre contre le m23 dans l'est

« Mentez, mentez, il en restera toujours quelque chose », dit-on. C’est le moins à dire face au comportement belliqueux du Rwanda de Paul Kagame dont plus aucun doute ne subsiste sur son soutien avéré aux terroristes du M23. Et ce, en dépit de multiples appels à la cessation des hostilités sans condition en provenance de l’Organisation des Nations unies (ONU), de l’Union africaine (UA), de la Conférence internationale sur la région des Grands Lacs (CIRGL).

Tenez, en plus de la médiation entreprise par le président angolais, João Lourenço en sa qualité de président en exercice de la CIRGL pour trouver des solutions idoines par voie de dialogue entre Kinshasa et Kigali, et dont une rencontre des deux chefs d’Etat est en vue dans les jours qui suivent ainsi que la tenue, le lundi 6 juin dans la ville de Goma, chef-lieu du Nord-Kivu, de la rencontre des chefs de défense des états membres de la Communauté de l’Afrique de l’Est dans le cadre de l’éradication des groupes armés et terroristes, les adeptes du M23 ne désarment pas.

Grace à leur « allié naturel », ces terroristes poursuivent depuis le lundi 6 juin dernier des attaques contre les positions des FARDC à Bugasa, au groupement de Jomba en territoire de Rutshuru dans le Nord-Kivu. Le bilan provisoire de ces affrontements fait état de deux morts et cinq blessés, côté FARDC, a rapporté le porte-parole du gouverneur militaire, général de brigade, Ekenge Bomusa Efomi Sylvain.

Dans sa communication du même jour, le général de brigade, Ekenge Bomusa Efomi Sylvain n’a pas omis de mention la réponse proportionnelle des forces loyalistes qui ont pilonné les positions des terroristes M23.

Par ailleurs, en plus des actes d’agression envers la RDC dont le Rwanda s’est rendu coupable par des tirs d’obus lancés les 24 et 25 mai 2022, dans la localité de Katale dans le territoire de Rumangabo dans le Nord-Kivu ainsi que les indices militaires des Forces de défense rwandaises retrouvés dans les positions conquis par la force de feu des FARDC jadis occupées par les terroristes M23, l’armée congolaise a enregistré de nouvelles preuves qui certifient le soutien de l’allié naturel de ces hors-la-loi. Il s’agit, notamment de l’usage des obus de canon à longue portée.
Cette révélation a été faite par le porte-parole du gouverneur militaire du Nord-Kivu, général de brigade, Ekenge Bomusa Efomi Sylvain.
« L’usage des canons à longue portée témoigne du soutien que le M23 bénéficie de son allié naturel », a-t-il souligné.

A tout prendre, d’aucuns se questionnent sur la nécessité de dialoguer avec le Rwanda lorsque tout le monde connait son double jeu pour faire main basse sur les richesses de la RDC en foulant aux pieds tous les processus de paix.

Le chef de l’Etat congolais, Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo ne devra pas perdre à l’esprit que tous les Congolais sont mobilisés pour l’effort de guerre nécessaire afin d’imposer la paix et la sécurité dans l’Est de la RDC. Il lui appartient de prendre des décisions idoines et dont les résultats seront visibles à l’œil nu et définitif. A défaut, l’histoire retiendra de lui ce qu’elle pourrait. Et ce serait, bien dommage que cela soit du mauvais côté, estime un observateur.

Notons par ailleurs, que les combats entre les FARDC et le M23 se sont intensifiés mardi 7 juin dans le territoire de Rutshuru (Nord-Kivu). Les deux forces s’affrontent sur l’axe Sabinyo, dans le groupement de Jomba, à plus de 70 kms au Nord-Est de Goma, vers la frontière avec l’Ouganda. Plusieurs sources locales renseignaient que des tirs à l’arme lourde se faisaient encore entendre vers la colline de Runyonyi, précisément à la rivière Kamira, sous le pied de cette colline, témoignent les habitants.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Voir Aussi