Le_Potentiel logo
Le_Potentiel logo

La France remet à la RDC le 2ème bataillon formé en combat en jungle

A un mal approprié, il faut un remède approprié. C’est dans ce cadre que la coopération française vient de contribuer au renforcement des capacités opérationnelles des FARDC en vue de leur permettre de lutter efficacement contre les groupes armés et forces négatives qui écument l’Est de la RDC.

Partager :

une nouvelle unite speciale des fardc

Le ministre de la Défense nationale et des Anciens combattants, Gilbert Kabanda Kurhenga, a présidé, le jeudi 9 juin 2022, la cérémonie de remise officielle aux FARDC du deuxième bataillon spécial de combat en jungle formée par la force française. C’était au Centre d’instructions militaires de Kibomango, situé dans la commune de la N’sele. Le ministre Gilbert Kabanda a d’abord salué la coopération militaire entre la France et la RDC.

Il a, par la suite, instruit les bénéficiaires de mettre en pratique les acquis de cette formation : « chers soldats et compagnons d’arme, vous appartenez aux forces armées de la RDC. Vous avez la tâche de défendre l’intégrité territoriale du pays, les populations civiles et leurs biens. Vous irez partout chasser l’ennemi hors du territoire national. Nous attendons de vous la combativité, l’agressivité et la maitrise de la force envers l’ennemi qui est sans pitié, sans état d’âme, qui ne respecte aucune loi, et n’admet aucune foi en dehors de la sienne. Puisse donc la devise des FARDC que vous ne cessez de prononcer (« ne jamais trahir le Congo ») se traduire en vécu quotidien et raviver votre flamme patriotique ».

En complément au 1er bataillon engagé au front

Selon le ministre Kabanda, cette deuxième bataillon vient compléter le premier déjà engagé sur le terrain et dont les œuvres sont palpables :« Du premier bataillon hier, nous voilà au deuxième qui clôture sa formation de ce jour sous les mains des maîtres de coopérants français venus en nombre suffisant. Ce deuxième bataillon aurait été mis sur pied depuis l’année dernière, n’eut été la pandémie de la Covid-19. Qu’à cela ne tienne, il vient compléter le premier déjà engagé sur le terrain et dont les œuvres sont palpables. Il s’inscrit dans un processus programmé dans le cadre de cette étroite collaboration ayant comme objectif global de former une brigade de force spécialisée en combat en jungle. Une force spécialisée hors paire avec du matériel et équipement spécialisé. C’est pourquoi le gouvernement congolais est déterminé à renforcer davantage la capacité opérationnelle de ses unités en mettant à leur disposition ces acquis avec l’appui, notamment de partenaires français ».

Selon le général français, Xavier Mabin, commandant des éléments français au Gabon, ce deuxième bataillon a été spécialement formé en combat d’infanterie, en tir de combat, en sauvetage au combat et en la lutte contre les engins explosifs. Ce, au terme d’une durée exceptionnelle de trois mois.

Au cours de cette cérémonie, les bénéficiaires ont procédé à la démonstration des acquis de cette formation à savoir le combat corps à corps, le tir de différentes armes et le sauvetage au combat par les militaires de ce deuxième bataillon. Le ministre de la Défense nationale a remis le fanion de commandement du bataillon au commandant de cette unité par l’entremise du chef d’état-major général des FARDC représenté par son adjoint en charge des opérations et renseignements et du chef d’état-major de la force terrestre.

De leur côté, enthousiasmés et visiblement fiers d’intégrer les forces armées de la République, les recrues ont de très belle manière défilé devant le ministre de tutelle, Gilbert Kabanda Kurhenga, l’ambassadeur de France en RDC ainsi que plusieurs autorités civiles et militaires congolaises.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Voir Aussi