Le_Potentiel logo
Le_Potentiel logo

Agression de la RDC par le Rwanda : Contre Kigali, Kinshasa amorce l’offensive économique

Face à l’agression militaire de son territoire nationale dans l’Est par le Rwanda de Paul Kagame, la République démocratique du Congo qui se comporte bien sur le terrain aussi bien militaire que diplomatique en représailles à son ennemie, vient d’annoncer une autre contre-offensive, cette fois-ci, économique. Il s’agit, entre autres, de la suspension des accords et conventions conclus entre Kinshasa et Kigali.

Partager :

kagame et tshisekedi a rubavu

L’étau commence à se resserrer autour de Rwanda de Paul Kagame qui a décidé depuis le mois de mai 2022, d’opérer à visage découvert dans son « entreprise macabre d’occupation d’une portion de la RDC », après plusieurs revers infligés à ses protégés, les terroristes du M23.

En effet, dès que le masque de Kigali, parrain et alliés de ce groupe terroriste, est tombé, Kinshasa a aussitôt ouvert plusieurs fronts dont militaire et diplomatique pour assurer sa légitime défense contre ce pays voisin qui s’érige en prédateur sur le territoire congolais.
A côté des avancées significatives qui sont enregistrées sur les champs diplomatique et militaire, Kinshasa qui ne s’est livré jusqu’il y a 48 heures qu’aux mesures conservatoires sur le plan économique avec la suspension des vols de la compagnie Rwand’air à destination de la RDC, cette fois-ci, il vient d’appuyer sur le champignon.

Car à l’issue de la réunion du Conseil supérieur de la défense nationale, présidée mercredi 15 juin 2022, par le chef de l’Etat et Commandant suprême des forces armées et sécurités, Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo, le gouvernement de la République devra procéder à la suspension des accords conclus avec le Rwanda, dont la plus part, sont économiques.

A côté de cette mesure, il y a également, l’exigence fait au Rwanda de retirer ses troupes sur le sol congolais. Sur le plan diplomatique, le Conseil supérieur de la défense a réaffirmé la volonté de la RDC de poursuivre le processus de paix de Nairobi en cours pour la pacification de l’Est du pays et de toute la sous-région. Ce, tout en saluant les efforts de paix et de médiation engagés par le président João Lourenço de la République d’Angola dans le cadre de la Conférence internationale sur la région des Grands Lacs (CIRGL) et par le président Uhuru Kenyatta dans le cadre de la Communauté d’Afrique de l’Est (EAC), a indiqué en substance le porte-parole du gouvernement, Patrick Muyaya.

Pour revenir sur le plan économique, il sied de noter que l’état de siège décrété par le président de la République voici un peu plus d’une année et grâce à l’administration militaire instaurée, le pays a pu réduire sensiblement l’exploitation illicite de ses matières premières. Ce qui n’est pas de nature à plaire aux ennemis de la RDC qui profitent de ces minerais extraits par le sang.

Par ailleurs, cette avancée a, entre autres, pousser le président Tshisekedi a lancé un appel à différents partenaires et pays voisins à travail ensemble pour des intérêts mutuellement avantageux avec la RDC qui seraient aussi un gage de paix, sécurité et stabilité pour non seulement son pays, mais aussi l’ensemble de la région des Grands Lacs.

Le Rwanda voisin bénéficiaire de l’ouverture de Kinshasa n’entend pas s’accommoder à cet esprit de convivialité qui asphyxierait son économie qui repose aussi sur l’exploitation illégale des matières premières congolaises. Sans doute, l’une des raisons de son hostilité.
Cependant, Kinshasa qui entend mener une contre-offensive soigneuse tout en imposant le respect mutuel, mais surtout l’intangibilité de ses frontières, a amorcé la voix vers la rupture des relations entre les deux pays. Certes, cela n’est pas encore établi. Est-il que la carte économique de la suspension des accords signés peut avoir un grand coût sur le Rwanda.

Il s’agit, notamment d’”un protocole d’accord de coopération” pour l’exploitation de l’or afin de priver aux groupes armés des revenus issus de cette filière. Il y a aussi l’accord « la promotion et la protection des investissements ». Une convention « en vue d’éviter la double imposition et prévenir l’évasion fiscale en matière d’impôts et de revenu », a également été signée. D’autres accords signés sont, notamment celui de coopération en matière foncière ; de coopération militaire et technique ; du mémorandum d’entente dans les domaines des forêts et du développement durable ; du protocole d’accord relatif à la coopération dans les domaines de l’enseignement supérieur ; du mémorandum d’entente entre la Société de promotion immobilière du Congo (Sofrim) et l’Office rwandais de l’habitat (ORH) et enfin de l’accord de coopération relatif à l’exemption des visas pour les détenteurs des passeports diplomatiques et de service ainsi que l’obtention de visas à l’arrivée sans frais pour les détenteurs de passeports ordinaires.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Voir Aussi