Le_Potentiel logo
Le_Potentiel logo

ASE, un nouveau parti pour bousculer le microcosme politique haïtien

Un nouveau parti politique vient de voir le jour en Haïti pour ne pas seulement reconquérir le cœur des Haïtiens lassés par les discours démagogiques des leaders politiques, mais aussi leur redonner l’espoir de vivre en ce moment où leur pays est en train de traverser une période sombre de son histoire. Il s’agit de l’Alliance pour une société sans exclusion (ASE).

Partager :

parti ase en haiti

Avec son nouveau programme, cette jeune formation politique s’est inscrite dans une nouvelle dynamique pour bousculer le microcosme politique haïtien.

Pour preuve, ASE vient de démontrer sa force de dissuasion lors de la tenue de son premier congrès national, le samedi 18 juin 2022, dans la ville de Mirebalais, Centre d’Haïti. Sous le thème « Il est possible avec ASE», le premier congrès de cette formation politique a réuni ses nombreux agents et cadres venus de plusieurs coins de Haïti.

À l’issue de ce congrès, Cholzer Chancy, ex-président de la Chambre des députés, a été réélu président de ce parti, et Rosny Cadet, a été désigné vice-président, et Youdeline Chérizard, nommé secrétaire national.

Créée en mars 2019, ASE est l’initiative de Cholzer Chancy et d’autres camarades politiques.
La modernité, c’est l’une des raisons qui poussent des gens à intégrer ce parti. En effet, ASE accorde une place importante aux femmes et jeunes. Cela, d’autant plus que les jeunes sont souvent exclus ou ignorés en politique.

En Haïti, la politique est généralement considérée comme une chasse-gardée des hommes expérimentés en politique. Mais ASE a brisé cette barrière en élisant un jeune de 32 ans comme son président-adjoint.

Dans son adresse lors de la cérémonie du congrès, le président Cholzer Chancy a déclaré que son parti est un outil politique républicain. Pour lui, l’élection de ce nouveau directoire est un signal fort visant à instituer un parti politique modèle et moderne où règne la démocratie.

Après ce grand rassemblement de l’Alliance pour une société sans exclusion, le week-end dernier, les militants d’autres formations politiques commencent à ressentir un brin d’espoir dans l’échiquier politique haïtien.

Comme l’UDPS, parti au pouvoir en RDC, l’Alliance pour une société sans exclusion travaille pour l’intérêt général de la population haïtienne qui est mécontente de la situation actuelle de son pays.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

11 − 3 =

Voir Aussi