Le_Potentiel logo
Le_Potentiel logo

Notation financière souveraine en monnaie locale : La RDC fait preuve de prouesses

La République démocratique du Congo figure désormais dans les catégories des pays ayant la « Note d’investissement-risque modéré » (BBB) avec une perspective stable, à long terme et celle de la note d’investissement A2 avec une perspective stable, à court-terme. Ces résultats décrochés par Kinshasa à la suite de vastes réformes, ont été certifiés par les analyses issues de la première Notation financière souveraine en monnaie locale effectuée par l’agence panafricaine Bloomfield Investment corporation.

Partager :

notation financière souveraine en monnaie locale

Le ministre des Finances, Nicolas Kazadi, a exprimé le satisfecit du gouvernement de la République pour avoir obtenu la note BBB (Note d’investissement-Risque modéré) avec une perspective stable, à long-terme et la note A2 (Note d’investissement) avec une perspective stable, à court-terme en ce qui concerne la toute première Notation financière en monnaie locale effectuée par l’Agence Bloomfield Investment corporation.
Ces résultats d’analyses ont été présentés, le lundi 20 juin 2022, au cours d’une cérémonie de restitution organisée à l’hôtel Rotana à Kinshasa/Gombe, par le président directeur général de Bloomfield Investment Corporation, Stanislas Zeze. C’était en présence de plusieurs membres du gouvernement ainsi que de la gouverneure de la Banque centrale du Congo (BCC), Mme Malangu Kabedi Mbuyi.

En d’autres termes, ces résultats obtenus en Notation financière souveraine en monnaie locale signifient aussi, d’une part, que sur le long terme, la RDC dispose des facteurs de protection appropriés et considérés suffisants pour des investissements prudents avec une variabilité considérable de risques au cours des cycles économiques.

Et d’autre part, sur le court terme, la RDC dispose des facteurs de risque d’investissement minime. En ce sens que le pays a une bonne certitude de remboursement en temps opportun. Ceci dénote, par ricochet, que les facteurs de liquidité et les éléments essentiels des sociétés sont sains.

Fruit de la vision du chef de l’Etat

Ces notes dont la validité court jusqu’au 31 mai 2023, constituent, entre autres, a souligné le ministre des Finances, « le fruit de la vision du président de la République, Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo », matérialisée, notamment, dans le plan d’action 2021-2023 du gouvernement jugé « ambitieux » et le plan de réformes en profondeur des finances publiques. C’est aussi le fait d’un endettement public modéré compilé à un endettement extérieur à forte composante concessionnelle, qui permet de maintenir un coût faible de la dette. Et ce, sans oublié, la résilience d’une économie congolaise en croissance.

Par ailleurs, le ministre des Finances, Nicolas Kazadi, a rappelé que l’amélioration de la notation financière et souveraine de la RDC inscrite parmi les priorités de son portefeuille, fait partie de la dynamique impulsée depuis l’alternance démocratique du pouvoir en 2019.
« Des efforts considérables ont été engagés par le gouvernement de la RDC pour améliorer la Perception et Signature-pays afin d’accroître l’attractivité et renforcer la compétitivité », a-t-il déclaré. Et de poursuivre : « Ce programme de notation financière en monnaie locale est une opportunité d’offrir un meilleur éclairage sur les risques spécifiques et les forces relatives qui déterminent le profil des risques de crédit, servant ainsi d’outil supplémentaire pour l’évaluation de la qualité de crédit. Elle permet aussi de hisser de marchés des titres publics aux standards internationaux et s’inscrit dans la perspective de développement des marchés des capitaux locaux, renforçant ainsi la confiance, la transparence et la disponibilité de l’information du système financier national ».

De son côté, la gouverneure de la BCC, Mme Malangu Kabedi, a souligné que la notation de la RDC en monnaie locale revêt un sens tout particulier en raison de l’économie fortement dollarisée. Ceci renvoie à faire un point d’honneur à la détermination du pays à poursuivre la dédollarisation. Et dont le souhait est de développer les marchés de capitaux locaux.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Voir Aussi