Le_Potentiel logo
Le_Potentiel logo

Les martyrs de Shilamtembo

C’était le 17 janvier 1961, moins de sept mois après l’accession du Congo Belge à la souveraineté internationale. Eux s’appelaient Patrice-Emery Lumumba, Maurice Mpolo et Joseph Okito. Si la renommée du tout premier Premier ministre a atteint des dimensions internationales, il n’en est pas de même de ses deux compagnons d’infortune. Opportunément, la restitution par la Belgique, voici deux semaines, de la relique de Lumumba et son inhumation avec faste le 30 juin, après un dernier périple d’honneur à Onalua (Sankuru), à Kisangani (Tshuapa) et à Shilamtembo (Grand Katanga), interpellent la nation.

Partager :

le cercueil de lumumba dans le hall du palais du peuple

Ce double évènement nous fait l’obligation d’entreprendre la réécriture de notre histoire pour inciter les jeunes générations à s’inspirer de leurs héros. C’est-à-dire ceux qui ont, comme Patrice-Emery Lumumba, connu une fin politique atroce, injuste, inhumaine.

L’occasion faisant le larron, il nous incombe en tant qu’élites et institutions de révéler qu’outre l’emblématique Lumumba, Joseph Okito (1910-1961) a été assassiné alors qu’il avait été vice-président puis président du Sénat. Et que Maurice Mpolo (1928-1961) n’a pas été épargné à cause de sa proximité idéologique avec le Premier ministre. En effet, il avait été ministre de la Jeunesse puis lieutenant-général et commandant en chef ad intérim de l’Armée nationale congolaise (actuelles FARDC).

À cet égard, fort heureusement, la République s’oriente dans la bonne direction, sous le leadership de F.A. Tshisekedi. Le fait de permettre à la famille du plus illustre des martyrs de Shilamtembo de faire, enfin, le deuil et de le clôturer en communion avec les 100 millions de compatriotes contribue à rapprocher les unes des autres les composantes de la communauté nationale. Qui plus est, la décoration à titre posthume de Mpolo et Okito sublime la compassion à l’échelle nationale et impose solidarité et vigilance. Congolais, engageons-nous tous dans cette voie.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Voir Aussi