Le_Potentiel logo
Le_Potentiel logo

RDC : Le statut de la milice M23 discrédite la convention de 1951 sur les réfugiés

Avec la présence des terroristes du M23 sur le sol congolais, alors réfugiés en Ouganda et au Rwanda, certains analystes politiques se posent la question, notamment sur ce qui en reste de la convention de 1951 relative au statut des réfugiés. C’est le cas de politologue Jonas Kasimba.

Partager :

m23

Dans un entretien à bâtons rompus avec lepotentiel.cd, il n’a estimé que le statut des terroristes du M23 dirigés aujourd’hui par certains ex-officiers FARDC en l’occurrence Sultani Makenga considéré comme un réfugié en Ouganda mais qui se retrouve encore dans le territoire congolais comme chef de ce mouvement terroriste qui endeuille les populations du Nord-Kivu.

« La convention du 28 juillet 1951 dite convention de Genève relative au statut des réfugiés a pourtant un principe fondamental du non-refoulement selon lequel un réfugié ne devrait pas être renvoyé dans un pays où sa liberté et sa vie seraient gravement menacées, ce qui est même considéré aujourd’hui comme une règle du droit international coutumier », a-t-il expliqué. Avant de poursuivre : « Il est anormal que Sultani Makenga, devenu membre du mouvement rebelle CNDP avant d’être dans le M23, et après qu’il était identifié dans un camp des réfugiés en Ouganda comme un réfugié, puisse revenir avec pompe contre un État voisin à l’Ouganda qui est la RDC ».

De l’avis de ce politologue, cette question met en mal les relations diplomatiques entre la République démocratique du Congo et ses voisins de l’Est de l’Afrique. Cela, d’autant plus que « ces pays servent visiblement des bases-arrières pour les terroristes qui agressent les provinces de l’Est de la RDC ».

« Le Rwanda soutient le M23 et cela est déjà prouvé. En plus de cela, l’Ouganda laisse des personnes identifiées comme des réfugiés circuler librement dans la zone et déstabiliser la RDC en dirigeant le mouvement terroriste M23. Ça discrédite la convention de 1951 relative au statut des réfugiés. Le Rwanda et l’Ouganda sont donc comme les globules rouges et les globules blancs dans un même corps. Il y a nécessité de revoir les relations diplomatiques avec ces pays », a argué Jonas Kasimba.

Kampala aurait joué un rôle important dans la prise de la cité de Bunagana, frontalière à l’Ouganda, par les terroristes du M23 qui continueraient d’occuper cette localité, située en territoire de Rusthuru.

En 2013, après avoir été battus par les Forces armées de la République démocratique du Congo, les combattants du M23 s’étaient repliés en Ouganda et au Rwanda où ils avaient obtenu des statuts des réfugiés.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Voir Aussi