Le_Potentiel logo
Le_Potentiel logo

Élections dans le délai constitutionnel : la RDC rassure André Flahaut

Partager :

andre flahaut et denis kadima en tete a tete

Les élections en République démocratique du Congo seront organisées dans les délais constitutionnels. Ainsi, les acteurs concernés s’attèlent déjà à jouer, chacun en ce qui le concerne, sa partition pour la réussite de ce pari à la différence de 2018 où le scrutin présidentiel a été organisé avec deux ans de retard sur le calendrier fixé par la Constitution.*

La Commission électorale nationale indépendante, qui a un rôle crucial à jouer dans le processus, s’inscrit résolument dans la dynamique d’un travail chronométré suivant un plan bien défini. Ce qui fait que tous les interlocuteurs du pays aussi bien des partenaires qui passent du côté de la Centrale électorale, s’en sortent rassurés. C’est le cas du ministre d’État du gouvernement fédéral belge et président honoraire de la Chambre des représentants de la 53ème législature, André Flahaut. Ce dernier a été reçu en tête à tête, lundi 27 juin 2022, par le président de la Centrale électorale, Denis Kadima. La quintessence de cette entrevue a porté sur les élections de 2023 qui se peaufinent à l’horizon et le souhait de la Belgique à appuyer le processus électoral en RDC.

Et finalement, le ministre d’État belge et président honoraire de la Chambre des représentants de la 53ème législature, a dit être rassuré de la capacité et de la volonté des autorités de la République démocratique du Congo d’organiser les élections dans le délai constitutionnel.
Il s’est exprimé en ces termes : « Venir en mission au Congo après la visite royale, la restitution et toute une série de contacts, cela serait incomplet de ne pas rencontrer les responsables de la CENI en l’occurrence le président, le rapporteur et le directeur du cabinet. Tout simplement pour être notamment informé et rassuré. Parce que certains doutes sur la capacité et la volonté du Congo à organiser les élections à temps comme c’est prévu devraient être levés. Je dois avouer qu’après l’échange et les multiples questions que j’ai posées, moi j’en suis rassuré. Car je vois un organisme avec une certaine expérience travaillant avec une forme de collégialité et qui envisage les différents aspects partant de la logistique jusqu’à l’accompagnement dans le processus électoral. C’était important et cela me permettra de compléter le rapport de mission et quand c’est une bonne nouvelle, il faut pouvoir le dire ».

Et de poursuivre : « Je tiens beaucoup à la mise en œuvre d’un accompagnement des élections plutôt que simplement des observateurs. Et je crois qu’il est aussi important qu’il y ait également une mission d’information de la part des responsables de la CENI notamment au Parlement belge pour dire ouvertement et concrètement que la volonté est de réussir ».

Pour rappel, parmi les préalables sur la tenue des prochaines élections crédibles, transparentes, démocratiques, inclusives et apaisées, l’on note sur le plan juridique la réforme de la loi électorale qui est effective. La prochaine étape sera, sans doute, la loi portant identification et enrôlement des électeurs ainsi que la loi relative à l’état civil pour permettre à l’Office national d’identification de la population (ONIP) de faire pleinement son travail.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

dix-neuf + 9 =

Voir Aussi