Le_Potentiel logo
Le_Potentiel logo

Restauration de la paix dans l’Est : Ambongo appelle le Vatican à soutenir la diplomatie de Tshisekedi

Au-delà des bruits de canons, la diplomatie reste la seule issue possible pour restaurer la paix dans l’Est de la RDC et la préserver face aux voisins, notamment le Rwanda, qui apporte un soutien au M23, un mouvement terroriste parmi les groupes armés qui pullulent dans la province du Nord-Kivu. L’église et l’Etat en RDC partagent cette approche et se tiennent visiblement main dans la main pour défendre l’intégrité territoriale du pays mise en mal par ceux qui s’en tiennent à maintenir la RDC dans l’instabilité. Après la rencontre d’éclairage, samedi 2 juillet à la cité de l’Union africaine, entre le président de la République, Félix Tshisekedi Tshilombo, le Secrétaire d’État du Saint-Siège, le cardinal Pietro Parolin conduit par le Cardinal Ambongo et Mgr Nshole, l’église catholique congolaise a porté haut la voix pour interpeller les acteurs internationaux sur la question congolaise. « Si tous les groupes armés ne sont pas maîtrisés, la RDC court tout droit vers la plus grande catastrophe humanitaire de notre temps. Voilà pourquoi nous demandons l’implication du Saint-Père François pour la paix au Congo à travers le soutien à la diplomatie du bon voisinage mené par le chef de l’Etat Félix Tshisekedi », a déclaré le cardinal Ambongo qui était le premier à prendre la parole au cours de la messe dite par le secrétaire d'État du Saint-Siège, cardinal Parolin, à l’esplanade du Palais du peuple, à Kinshasa, dimanche 3 juillet. Tout en appelant à l’éradication rapide de ces groupes armés y compris tous les groupes Maï-Maï, le cardinal Ambongo a exhorté les Congolais à bannir la xénophobie et le discours de haine à l’endroit des populations « rwandophones ».

Partager :

le cardinal ambongo et le premier ministre sama

La RDC, plus que jamais unie pour défendre son intégrité territoriale. L’église et l’Etat se tiennent ainsi main dans la main pour la restauration d’une paix durable dans l’Est du pays, où l’activisme des groupes armés dont le M23, soutenu par le Rwanda, met en mal l’intégrité territoriale.
Un éclairage était donc nécessaire et c’en était le cas, samedi 2 juillet au cabinet de travail du chef de l’Etat à la Cité de l’Union Africaine. Le président de la République, Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo, a échangé ouvertement avec le secrétaire d’État du Saint-Siège, le cardinal Pietro Parolin. Ce dernier était accompagné du vice-Premier ministre congolais des Affaires étrangères, Christophe Lutundula et des membres de la CENCO notamment le cardinal Ambongo et Mgr Nshole.

Au-delà du message du Saint-Père apporté au peuple congolais après qu’il a reporté son voyage pour raisons de santé, tout en promettant qu’il visitera le Congo dès que les conditions le lui permettront, les échanges entre l’envoyé du Pape et le président Tshisekedi ont également tourné autour du conflit armé dans l’Est de la RDC.

Voilà qui explique la voix haute portée par le cardinal Fridolin Ambongo, dimanche 3 juillet, appelant à l’implication du Pape François dans la restauration de la paix dans l’Est de la RDC.

C’était au cours de la messe dite par le secrétaire d’État du Saint-Siège, cardinal Parolin, à l’esplanade du Palais du peuple, à Kinshasa.
« Si tous les groupes armés ne sont pas maîtrisés, la RDC court tout droit vers la plus grande catastrophe humanitaire de notre temps. Voilà pourquoi nous demandons l’implication du Saint-Père François pour la paix au Congo à travers le soutien à la diplomatie du bon voisinage mené par le chef de l’Etat Félix Tshisekedi », a déclaré le cardinal Ambongo avant d’appeler à l’éradication rapide de ces groupes armés y compris tous les groupes Maï-Maï.

Le peuple congolais attend le Pape

Parmi les groupes armés, il cite, entre autres, les rebelles M23, ADF et la CODECO qui font des razzias dans l’Est du pays.
Le prélat a par ailleurs exhorté les Congolais à bannir la xénophobie et le discours de haine à l’endroit des populations « rwandophones ».
Dans la foulée, le cardinal Pietro Parolin a adressé un message de réconfort au peuple congolais. L’envoyé spécial du pape François a rappelé que, quelle que soit la situation, il fallait toujours avoir à l’esprit que « Dieu est toujours présent à nos côtés ».

Appelé à prendre la parole, le Premier ministre, Jean-Michel Sama Lukonde a, au nom du président de la République Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo, salué et remercié le cardinal Pietro Parolin et tous les éminents évêques, prêtres et tous les autres ecclésiastiques, venus de différents diocèses du pays, présents à cette célébration eucharistique.

Il a en outre salué le message de paix, de réconciliation, et d’amour entre les fils et filles de la RDC, sur lequel a porté cette célébration eucharistique. Message adressé à l’ensemble du peuple congolais, surtout en ce moment où le pays est particulièrement agressé dans sa partie Est. Sama Lukonde a reconnu la présence de Dieu chaque fois et dans toutes les circonstances où le pays est agressé.

Le Premier ministre a réitéré le vœu du peuple congolais d’accueillir sur son sol le pape François, le plus rapidement possible.
« Nous l’attendons », a-t-il conclu.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Voir Aussi