Le_Potentiel logo
Le_Potentiel logo

La Céni plus que jamais dans un management transparent

Le nouveau management de la Commission électorale nationale indépendante (Céni) entend accroître la transparence afin d’assurer des règles justes et équitables pour le processus électoral en cours. La réactivation de la Cellule de gestion des projets et marchés publics de la Céni (CGPM) est une illustration parfaite quand on sait que cette cellule existait depuis toujours dans les textes. C’est elle finalement et différemment des processus passés, qui est mise en œuvre pour le marché d’acquisition des kits d’enrôlement des électeurs, des cartes d’électeurs et services connexes dans le cadre de la révision du fichier électoral et des préparatifs de prochaines élections générales. Toutes les autres acquisitions ne s’écarteront pas de ce schéma, rassure-t-on, au niveau de la Céni. Et, après la séance solennelle d’ouverture des plis du marché relatif à l’acquisition des kits d’enrôlement des électeurs, des cartes d’électeurs et services connexes dans le cadre de la révision du fichier électoral, le cap est mis dès ce lundi 11 juillet, à l’analyse des soumissions. Et face aux réalités du pays, la Céni devra naturellement prendre en compte dans son choix, le prestataire qui répondra notamment à la délicate question de 16% des enrôlés, mais qui ont des empreintes digitales illisibles suite à certains métiers ; et qui prendra en compte les questions de la carence en énergie dans certains coins du pays.

Partager :

6 soumissions réceptionnées pour les kits électoraux

La machine électorale va bientôt prendre sa vitesse de croisière. Denis Kadima Kazadi, président de la Céni, a personnellement présidé la cérémonie d’ouverture des offres reçues dans le cadre de l’Avis d’Appel d’Offres International (AAOI) lancé le 16 juin 2022 pour l’acquisition des kits d’enrôlement.

C’était dans la salle Abbé Apollinaire Malumalu au siège de la Centrale électorale, en présence des membres du bureau et de la plénière et des soumissionnaires.

Cette séance publique s’inscrit dans le plan de passation des marchés de la Céni pour l’exercice budgétaire en cours. Et pour Denis Kadima, l’acquisition des kits d’enrôlement des électeurs, des cartes d’électeurs et des services connexes est un marché d’une extrême importance dans le cadre de la révision du fichier électoral et des préparatifs aux prochaines élections générales en République démocratique du Congo. C’est pourquoi le président de la Céni a remercié les soumissionnaires tout en précisant que « le présent marché comprend un lot unique en vue d’acquérir un dispositif devant permettre à la Céni d’enrôler les électeurs, de délivrer les cartes d’électeurs immédiatement après l’enrôlement et d’appuyer la constitution d’un fichier électoral révisé devant servir de base à la production des listes électorales et, éventuellement, pour les scrutins à venir. « Ce fichier fera ainsi partie intégrante par la suite du fichier général de la population », a-t-il indiqué. Et d’ajouter : « la gestion des marchés publics repose essentiellement sur les principes de liberté d’accès à la commande publique, de prise en compte de l’expertise et des compétences, d’égalité de traitement des candidatures dans les procédures y relatives. La Céni entend scrupuleusement veiller sur ces prérequis ».

De son côté, André Kambeya, secrétaire permanent de la cellule de gestion des projets et des marchés publics de la Céni (CGPM) a présenté à l’assistance les différentes offres faisant partie de ce marché. Dès lors, la Céni s’applique à les analyser dès lundi 11 juillet 2022, conformément au calendrier de ce dossier d’Appel d’Offres International.

Des solutions concrètes aux réalités du pays

L’on note 6 soumissions réceptionnées. La première c’est AISEC qui fixe une enveloppe à la hauteur de plus de 350 milliards de francs congolais (175 millions USD) assortie d’une lettre de facilité de crédit de 10 millions USD. La deuxième soumission, c’est de Miru system de la Corée du Sud qui fixe au moins 80 millions USD. Acquéreur du marché de la machine à voter en 2018, Miru system brandit la lettre de facilité de crédit de 5 millions USD.

La troisième soumission est celle de BIGRADAP Group, qui propose à plus de 270 milliards de francs congolais (135 millions USD) sans aucune facilité de crédit. La quatrième soumission est de Smartmatic qui brandit une offre à plus de 210 milliards sans aucune garantie de facilité de crédit. La cinquième soumission est de AZELTECO-UAC qui présente une facture globale, plus de 140 millions USD sans aucune garantie de facilité de crédit. Et la dernière soumission est celle de UBC SARL & HBC Identification avec sa facture totale fixée à plus de 180 millions USD.

Pour rappel, la Cellule de gestion des projets et des marchés publics de la Céni a été mise en place sur décision du président après délibération de la plénière. Elle passe ses marchés suivant la loi relative aux marchés publics et ses textes d’application complétés.

La réactivation de cette cellule traduit la volonté du nouveau management de la Céni d’asseoir la transparence comme règle de gestion du processus. Denis Kadima entend agir différemment de ses prédécesseurs pour que toutes les acquisitions ne s’écartent pas de ce schéma.

L’ancien directeur exécutif de l’Institut électoral pour une démocratie durable en Afrique (EISA) depuis plus de 20 ans, Denis Kadima Kazadi ne devra en aucun mettre en péril son brillant passé où il a été à l’œuvre pour des élections crédibles en Afrique. Tout un défi. C’est ainsi que des critères spécifiques seront pris en compte dès cette étape du choix du prestataire pour les kits d’enrôlement des électeurs, des cartes d’électeurs et des services connexes. Car, tenant compte des observations des processus antérieurs, la Céni a bien besoin d’un logiciel à jour. Et le soumissionnaire devra être à mesure de proposer des solutions concrètes, notamment répondre à la délicate question des 16% des enrôlés mais qui ont des empreintes digitales illisibles suite à certains métiers. Les questions de la carence en énergie dans certains coins du pays doivent également trouver des réponses dans ce choix pour que les opérations ne soient en aucun cas handicapées.

Dans la foulée, une autre exigence ressortie dans ce marché, c’est le transfert des compétences.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Voir Aussi