Le_Potentiel logo
Le_Potentiel logo

Environnement : La RDC peut désormais compter avec Coalex Laboratoire pour les analyses de l’eau et aliments

On peut prétendre gérer le secteur de l’environnement sans l’appui d’un laboratoire. Coalex Laboratoire Water and Environment Quality Analysis vient apporter son expertise dans le contrôle de qualité de l’eau, de l’air et de l’environnement en RDC ; pays ne disposant pas encore, à ce jour, des normes environnementales capables d’évaluer le seuil de pollution dans l’air, l’eau, les aliments mis à la disposition des populations congolaises.

Partager :

matériels de laboratoire de la maison coalex labo

A côté de l’Office congolais de contrôle (OCC) et autres outils de normalisation, le gouvernement congolais peut désormais œuvrer avec Coalex Laboratoire Water and Environment Quality Analysis dans le contrôle de la qualité de l’eau, des produits alimentaires et des sols. Car sans laboratoire moderne, il est très difficile de prendre des décisions environnementales objectives, soutenues par des données scientifiques fiables.

La présentation de cet outil de contrôle de la qualité a eu lieu, samedi 9 juillet, en la salle Suzanne Muk de Sultani Hôtel, à la faveur d’une matinée scientifique sur le thème « Outils stratégique dans le contrôle de la qualité de l’eau et de l’environnement en République Démocratique du Congo ».

Et c’est le Professeur Dieudonné Musibono Eyul Anki, docteur en Sciences/Ecotoxicologie aquatique, Biologiste, environnementaliste et conseiller spécial du chef de l’Etat, Félix-Antoine Tshisekedi, en charge des questions environnementales, qui était à la manœuvre. Car pour le conseiller spécial, Coalex Laboratoire est une réponse à la demande du chef de l’Etat lancé aux Congolais en 2019.

« Quand le président de la République m’avait nommé conseiller spécial en 2019, l’une de ses premières questions étaient de savoir comment on peut connaître la qualité de l’air que nous respirons. Donc, il s’est posé un problème de laboratoire. Il a donc lancé son appel aux privés pour investir dans le secteur. J’ai donc saisi l’opportunité pour accompagner Coalex Laboratoire dans ce sens. Investissement privé, la maison Coalex est dotée d’un laboratoire moderne et bien équipé qui permet de répondre à la préoccupation du chef de l’Etat », a-t-il circonscrit, au cours de la matinée scientifique.

Avant de préciser que sa présence à ses assises, c’est pour faire connaître à la communauté nationale et internationale qu’il existe bel et bien un laboratoire aux standards internationaux, initiative d’un digne fils du pays, capable de donner des indications exactes sur la qualité de l’air, de l’eau, des aliments et des sols en RDC.
« Coalex Laboratoire dispose de tout ce qu’il faut pour la crédibilité des résultats, surtout qu’il travaille en réseau avec des laboratoires occidentaux très réputés dont les firmes anglaises Molendotech Ltd/U.K et Palintest Ltd/U.K », a-t-il renchéri.

Le travail en réseau

L’expert écotoxicologue aquatique, biologiste environnementaliste encourage par ailleurs le partenariat entre Coalex Laboratoire et l’Office congolais de contrôle, la Regideso, les ministères de l’Environnement et de la Santé publique ainsi que les universités.

Pour l’entrepreneur Alexis Mupepe Kashiama, promoteur de Coalex Laboratoire Water and Environment Quality Analysis, par cette matinée scientifique, il a voulu faire une large diffusion auprès de ses partenaires, afin de lever tout malentendu sur la manipulation de certains outils de travail et appareils mis à leur disposition pour la mise à niveau de leurs connaissances.

Après ses assises, Coalex Laboratoire envisage de se lancer dans la formation des jeunes chercheurs. « La prochaine étape, après cette matinée scientifique, est que nous comptons investir sur les jeunes chercheurs afin qu’ils soient bien formés et qu’ils puisent une bonne information à la source. Nous avons mené des expériences à travers les provinces et avons senti un déficit dans la pratique des connaissances apprises au sein de l’université. Un jeune étudiant qui a appris ce que sont les analyseurs, mais n’arrive pas à les utiliser dans la pratique. C’est dire qu’il n’est pas à niveau. Nous allons mettre à leur disposition nos appareils à volonté afin qu’ils apprennent dès la sortie de l’université comment manipuler les analyseurs, comment tenir une micropipette pour les rendre performants et compétitifs sur le marché de l’emploi », a expliqué Alexis Mupepe, promoteur de Coalex Laboratoire.

Entretemps, une séance de manipulation de quelques appareils ramenés pour le besoin de la cause, a eu lieu avec différents experts des laboratoires, sous la houlette du conseiller scientifique de Coalex Laboratoire, Abdon Mandefo.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Voir Aussi