Le_Potentiel logo
Le_Potentiel logo

Patrick Masoya invite la RDC à exiger du Rwanda l’indemnisation des victimes

Partager :

patrick masoya

On ne le dira jamais assez. L’agression de la RDC par le Rwanda ne laisse pas indifférents les Congolais qui condamnent cet acte qui continue d’endeuiller des populations innocentes dans la partie Est du pays. La dernière réaction est celle de l’opérateur politique et directeur général de la société Global Consulting & Investment Network LLC, Patrick Masoya, membre de la diaspora congolaise. Il salue la position de la communauté internationale qui, après avoir pris conscience des intentions belliqueuses du Rwanda, recommande, entre autres, la cessation immédiate des hostilités, le retrait sans condition et immédiat des troupes du M23 du territoire de la RDC, la normalisation des relations diplomatiques entre Kinshasa et Kigali. Mais au-delà des retombées de ce sommet tripartite d’Angola, Patrick Masoya propose à la RDC d’intégrer le Commonwealth (Marché commun des Anglophones) pour contraindre Kigali à répondre de ses actes et indemniser les familles des victimes de massacres des milliers de Congolais qui ont perdu de leurs vies au cours de ces guerres.

D’un sujet à un autre, M. Masoya salue le professionnalisme avec lequel la justice congolaise a tranché l’affaire du président de l’Union pour la nation congolaise (UNC), Vital Kamerhe qui jouit aujourd’hui de sa liberté. Car, comme il l’a souligné dernièrement dans l’une de ses interventions dans notre journal, M. Kamerhe a écopé « avec toute innocence, une peine qu’il ne mérite pas ». Patrick Masoya a plaidé pour la libération de Vital Kamerhe, « héros, allié fidèle à l’UDPS avec lequel l’UNC entretient de très bonnes relations. Le souhait de deux partis, c’est de continuer à travailler pour l’intérêt du peuple. Nous espérons que d’ici peu, la justice congolaise aura le temps de tout revoir ce jugement à la faveur de notre président pour qu’il reprenne son chemin de bataille pour l’intérêt de la nation ».

Pour ce cadre de l’UNC, M. Kamerhe était victime de l’injustice du cœur humain. « Et voilà que le bon Dieu a exaucé la demande de ses enfants, le président de l’UNC peut maintenant librement reprendre ses activités politiques en toute quiétude », s’est réjoui Patrick Masoya Ambunga.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Voir Aussi