Le_Potentiel logo
Le_Potentiel logo

Nord-Kivu : L’ACCAD appelle le gouvernement central à sécuriser le poste frontalier de Kasindi

La province du Nord-Kivu tend vers l'asphyxie de son économie dans les tout prochains jours, si les autorités tant nationales que provinciales ne trouvent pas une solution face à l'insécurité dont sont victimes les opérateurs économiques qui importent et exportent les marchandises dans différents postes frontaliers de cette partie de la République démocratique du Congo.

Partager :

accad appelle le gouvernement congolais à prendre ses responsabilités

Devant la presse de Goma, Delliance Tsongo, président provincial Nord-Kivu de l’Association congolaise des commissionnaires agréés en douane (ACCAD) a dit saisir les autorités provinciales et nationales pour les alerter sur le danger que court cette province face à cette situation en termes de recul du tissu économique si rien n’est fait.

« Nous annonçons l’arrêt de dépôt de déclaration douanière à Kasindi suite à l’insécurité dont sont victimes les opérateurs économiques. Nous nous alignons à la décision de la FEC/ Nord-Kivu qui a décidé finalement de mettre fin aux trafics commerciaux d’importation comme d’exportation entre le Nord-Kivu et l’Ouganda via le poste frontalier de Kasindi. Les véhicules sont brûlés avec des marchandises dans des cités où il y a une administration comme à Bulongo. Les opérateurs économiques qui payent leurs taxes sont perdants. L’État congolais doit s’impliquer pour trouver des solutions pacifiques et un bon climat d’affaires », a-t-il noté.

A l’en croire, les recommandations des opérateurs économiques se formulent dans le sens du renforcement de l’escorte militaire avec la mise en place d’un convoi sécuritaire sur les axes routiers Kasindi-Beni-Butembo et Butembo-Bunia-Kisangani.

« Parmi tant d’autres recommandations, nous demandons aussi l’indemnisation des opérateurs économiques victimes des incendies de leurs conteneurs alors qu’ils payent régulièrement les taxes. Nous exigeons aussi des allègements fiscaux, et au besoin, les remboursements des taxes », a-t-il renchéri.

Pour lui, les autorités nationales doivent prendre une décision allant dans le sens de relever le staff de sécurité se trouvant à Kasindi.
« Les tronçons Ishasha-Kiwanja, Kanyabayonga-Kiwanja, Beni-Bunia sont sécurisés actuellement. Pourquoi pas Kasindi-Beni-Butembo ? », s’est-il interrogé.

Malgré toutes ces alertes de la FEC/ Butembo, FEC/Kasindi et de l’ACCAD auprès des autorités provinciales et nationales, l’on a enregistré plus de 7 véhicules incendiés avec marchandises sur le tronçon routier Kasindi-Beni au mois de juin et en ce début juillet.

Selon certains observateurs, toutes les batteries sont mises en marche par l’ennemi pour asphyxier l’économie du Nord-Kivu et créer une désolidarisation entre la population et les autorités politico-militaires.

D’autres voient en cela des attaques ciblées contre les commerçants de l’ethnie Nande.

Il convient de rappeler qu’il s’est passé presque un mois depuis que les rebelles du M23, appuyés par le Rwanda, contrôlent la cité frontalière de Bunagana entre le Nord-Kivu et l’Ouganda qui générait des recettes considérables au pays.

Une réaction des autorités Nationales s’avère utile face à cette situation.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Voir Aussi