Le_Potentiel logo
Le_Potentiel logo

La CENI à l’écoute du PALU, de l’AABC et du MSC

La Commission électorale nationale indépendante (CENI) a initié depuis le jeudi 14 juillet, des concertations avec les partis politiques. Les premiers appelés sont les Parti Lumumbiste Unifié (Palu), l'Alliance des Acteurs pour la Bonne Gouvernance du Congo (AABC) et le Mouvement de Solidarité pour le Changement (MSC).

Partager :

ceni avec les partis

Le 2eme vice-président de la commission électorale nationale indépendante (CENI), Didi Manara Linga, assisté de M. Fabien Boko, membre de la plénière de la CENI, a échangé, avec l’équipe dirigeante du Parti Lumumbiste Unifié, conduite par son secrétaire général et Chef du Parti, le professeur Willy Makiashi.

Les cadres de ce parti politique cher à feu le patriarche Antoine Gizenga, ont répondu à l’invitation de la Commission électorale nationale indépendante (CENI), en prélude du cadre de concertation avec les partis politiques, ce samedi 16 juillet.

A l’issue de l’audience, le chef du Parti Lumumbiste Unifié (PALU), a fait la restitution de l’objet de la visite de ce jour : « Nous avons été invités à la centrale électorale en tant que Parti Lumumbiste Unifié. Les autorités de la CENI ont mis à notre connaissance, la programmation des échéances électorales qui profilent à l’horizon 2023. Nous avons été suffisamment mis au courant de ce que la CENI fait comme travail, afin de bien planifier la tenue de prochaines élections. Elles nous ont rassuré que les scrutins auront bel et bien lieu en 2023, nous demandant avec insistance, que nous puissions communiquer à la population, à nos militants, quoiqu’il en soit, il y aura les élections l’année prochaine », a précisé Willy Makiashi.

ceni et le palu
La CENI et le PALU : échange sur le processus électoral.

En outre, il a ajouté : « La CENI nous a parlé du cadre de concertation qu’elle va organiser le samedi prochain au Palais du peuple avec les partis politiques, pour conférer ensemble sur tous les aspects du processus électoral et ce cadre de concertation sera permanent. » Et de conclure : « Nous avons été agréablement surpris d’écouter l’anecdote selon laquelle, le président Denis Kadima est le formateur de la plupart des dirigeants des organes électoraux du continent. Tout comme pour dire que, cette fois la République n’a pas n’importe qui, à la tête de la CENI, mais une personne qui a de l’expertise avérée en la matière. »

Ensuite, Didi Manara s’est entretenu avec une délégation du regroupement politique Alliance des Acteurs pour la bonne gouvernance au Congo (AABC) cher à Julien Paluku, conduite par son président national, Jean-Marie Kasereka Katokolyo..

Au sortir de l’audience, le président de l’AABC, Jean-Marie Kasereka a dévoilé le contenu de leurs échanges : « Pendant des heures, ma délégation et le 2ème vice-président de la CENI, avions échangé autour du processus électoral. Il était question pour la CENI de nous mettre au parfum de l’évolution de ce processus. Nous nous sommes réjouis d’apprendre que les élections auront lieu en décembre 2023. »

Par ailleurs, il a fait savoir que : « Nous avons été très contents de comprendre que dans les grandes opérations qui doivent être réalisées par la CENI au cours du processus électoral, les 3 grandes notamment la cartographie, la révision du fichier électoral et les élections proprement dite, la CENI a déjà terminé avec satisfaction la première, ce qui donne champ libre à la seconde. C’est ça qui nous fait croire qu’il y aura élections. Et nous comme acteurs politiques impliqués dans le processus, nous sommes rassurés de ces informations ».

Enfin, le 2e vice-président de la CENI a échangé avec Laurent Batumona, président du Mouvement de Solidarité pour le changement (MSC), l’un des partis du regroupement Forces Politiques alliées à l’UDPS (FPAU), dont il est coordonnateur. C’était au siège de ce regroupement politique situé sur le boulevard Triomphal, a Kasa-Vubu.

Pour rappel, conformément aux axes prioritaires contenus dans sa feuille de route, la CENI fait de l’inclusion des parties prenantes au processus électoral son cheval de bataille, pour organiser les élections transparentes, crédibles et inclusives en RDC.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Voir Aussi