Le_Potentiel logo
Le_Potentiel logo

Du buzz au cauchemar

Partager :

kabund a kabund

Répugnant. Horrible. Ces adjectifs ne sont pas assez forts pour traduire la répulsion des analystes et des acteurs politiques congolais à la suite du déchainement de la haine d’un ancien cadre défenestré de l’UDPS.

Kabund a Kabund, c’est lui l’anti-star de la saison, avait secrètement souhaité faire le buzz en confiant à la presse ses secrets d’alcôve. C’est le cauchemar qui l’attend au tournant. Il avait planifié que ses excès oratoires choqueraient l’opinion au point d’inviter la police et la justice à lui confectionner ex nihilo le statut de martyr de la liberté d’expression. Échec et mat. Que le pouvoir et l’UDPS continuent à ignorer ses foucades provocatrices. L’eau bouillante ne consume jamais les habits trempés dedans.

Pendant que la toile est en mode surchauffe et que la presse est sous pression, la plus acide estocade est venue de l’intelligentsia mais aussi des acteurs politiques seniors et des pionniers du parti présidentiel. Sans nécessairement avoir des attaches idéologiques avec le président Tshisekedi ou l’UDPS, tous ces cadres crient haro sur le baudet et stigmatisent le culot d’un desperado qui crache sur la main qui l’a généreusement nourri, habillé et sacralisé.

N’oublions pas l’histoire. Les querelles intra UDPS datent de l’ère Mobutu. L’atomisation a connu le paroxysme sous les Kabila. Mais le président Tshisekedi n’a pas encore rassemblé les pièces du puzzle que les démons resurgissent.

Tout expert sait que, pour des raisons de visibilité, la météo a toujours été plus instable à l’UDPS qu’ailleurs. Mais que les enfants prodigues finissent dans la poubelle, alors qu’ils méritaient mieux pour avoir autrefois fait la pluie et le beau temps face aux régimes tyranniques.

Kabund s’est tiré une balle dans les pieds. C’est le propre des politicards congolais. Co-artisan de maux qu’il dénonce sans convaincre, il n’a la probabilité d’embarquer dans son aventure que son épouse et leurs enfants. Mais pas son village. C’est écrit.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

4 × 2 =

Voir Aussi