Le_Potentiel logo
Le_Potentiel logo

Echéances de 2023 : la CENI actualise les mesures d’application de la loi électorale

Les travaux de l’atelier d’actualisation des mesures d’application de la loi électorale ont été lancés, mardi 19 juillet à Kinshasa par Denis Kadima Kazadi, président de la centrale électorale. A cette occasion, il a félicité les juristes de son institution pour leur apport lors de l’examen de la loi électorale au niveau du Parlement.

Partager :

kadima

Denis Kadima, président la Commission électorale nationale indépendante (CENI), a donné, mardi 19 juillet, le coup d’envoi des travaux de l’atelier d’actualisation des mesures d’application de la loi électorale votée par le Parlement et promulguée par le chef de l’Etat.

Dès l’entament, Denis Kadima s’est félicité de l’apport des experts de la CENI à l’élaboration de cette loi au niveau de deux Chambre du parlement.

« Je commence par féliciter notre équipe de juristes pour le travail abattu depuis les travaux de Bibwa, durant lesquels vous avez approfondi la question, surtout au niveau des commissions Politiques administrative et juridique de deux Chambres du Parlement, mais aussi au niveau de la plénière et des autres instances de discussion qui ont procédé à l’adoption de ce texte combien important pour l’aboutissement de notre travail », a-t-il déclare.

S’agissant de l’importance de cet atelier, le président de la CENI a attiré l’attention de ces experts.

« Le même sérieux qui a prévalu pendant son adoption doit être de mise, car c’est au niveau du règlement que nous allons apporter la clarification qui va permettre à ceux qui s’occupent des opérations d’avoir une compréhension claire de ce qui est requis. Vous savez que nos opérations de sensibilisation et vulgarisation dépendent beaucoup de mesures d’application, étant donné que le langage de la loi n’est pas toujours à la portée de tout le monde », a-t-il argumenté par ailleurs.

Auparavant, le premier vice-président de la CENI, Bienvenu Ilanga, a demandé aux participants de produire un texte réglementaire qui explicite la lettre et l’esprit de la loi en vue de faciliter au grand public l’appropriation de la loi électorale. Il a par ailleurs formulé le vœu de voir que ce texte soit transmis en mode urgence à la plénière pour son adoption et faciliter son opérationnalisation.

Pour rappel, l’actuelle loi électorale a été adoptée au niveau de deux Chambres du Parlement au moins de juin de l’année en cours. Et c’est en juillet qu’elle a été promulguée par le président de la République, Félix-Antoine Tshisekedi.

La diaspora pour la 1ère fois aux urnes

Entretemps, apprend-on de la même CENI que les Congolais de la diaspora auront la possibilité de voter, pour la première fois, lors de prochaines élections.

La Commission électorale nationale indépendante envisage d’organiser le vote des compatriotes de la diaspora lors de prochains scrutins. Un vote prévu dans la loi électorale, mais jamais organisé pour des raisons matérielles.

Cette fois, la centrale électorale a décidé de commencer par 5 pays pilotes. Les pays limitrophes à la RDC seront exclus de ce test pour éviter, selon les sources de la CENI, des tensions et accusations de fraude compte tenu de la proximité.

Finalement, cinq pays seront désignés pour cette première expérience, en Europe et dans les Amériques, pour des raisons logistiques. L’Afrique du Sud est également citée, à ce stade de la réflexion.

L’opération exige notamment le déploiement du matériel d’enrôlement dans ces pays suffisamment à temps. Les leçons apprises permettront d’étendre l’opération dans d’autres pays où la RDC a une représentation diplomatique pour les prochains cycles électoraux

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Voir Aussi