Le_Potentiel logo
Le_Potentiel logo

La BAD clôture son atelier avec la présentation de la synthèse des résultats

Il s'est clôturé, mercredi 20 juillet, au salon Okapi de Pullman Hôtel à Gombe, l’atelier de consultation sur la note de diagnostic-pays et le rapport combiné d'achèvement du document de stratégie pays. Le coup d’envoi de ces assises a été donné le 12 juillet, au salon Naomie de Béatrice Hôtel.

Partager :

bad

La cérémonie de clôture de l’atelier de consultation sur la note de diagnostic-pays et le rapport combiné d’achèvement du document de stratégie pays a connu deux moments forts, notamment la présentation de la synthèse des résultats par Hervé Lohoues et le discours de clôture du directeur de cabinet et représentant du ministre des Finances.

A la clôture de ces assises, le directeur général adjoint de la Banque africaine de développement (BAD), Salomon Koné, s’est exprimé sur les plus grades recommandations de des travaux de 10 jours,en ces termes : « L’exercice que nous venons de conclure est un exercice fondamental parce que c’est à la base de tous les aspects stratégiques et opérationnels par la coopération entre République démocratique du Congo et la Banque africaine de développement et parce toutes nos interventions sont cadrées par les documents des stratégies pays et le document actuel des stratégies s’achève à la fin de cette année et il est donc important que nous ayons un document de programmation valide à partir de l’année prochaine. Et c’est un document qui doit se faire de manière consultative avec toutes les parties prenantes, c’est-à-dire le gouvernement, les partenaires techniques et financiers, le secteur privé et la Société civile. Nous articulons ces discussions au cours de ce que nous avons appelé la note de diagnostic pays qui fait le diagnostic de tout ce qui a comme défis structurels, opportunités et perspectives pour arrêter ce que nous pouvons dire ou retenir comme domaine prioritaire. De l’intervention de la BAD et la RD Congo. Et nous sommes parvenus à un consensus sur deux domaines prioritaires le développement, càd des infrastructures assurant une intégration nationale et régionale et en soutien au développement des chaines de valeurs, notamment agricoles et même minières pour assurer la transformation structurelle de l’économie Congolaise ».

L’économiste régionale en chef de la BAD Afrique centrale, Hervé Lohoues, est, pour sa part, revenue sur les principaux domaines des priorités à développer au bout de 7 prochaines années.

« Nous étions partis de six domaines prioritaires et maintenant nous avons recomposé en deux. Ces deux domaines prioritaires, tout ce qui porte sur la transparence culturelle, càd nous puissions transformer l’économie de la RDC. Quand je dis, nous cela veut dire la RDC et la Banque africaine de Développement. Elle va travailler sur les questions comme les infrastructures qui vont se charger justement d’arriver à faire ce que nous appelons une intégration nationale et régionale. Avec le choix des secteurs de la diversification qui sont notamment de l’agriculture et les mines, deuxième pilier porte sur les questions d’inclusion sociale. C’est-à-dire, on crée de la richesse pour les jeunes Congolais, les femmes. Donc, les minorités pour que chacun se prenne en charge pour créer la richesse, c’est ce qui est important. Ce deuxième pilier porte sur les questions de gouvernance pour nous assurer évidemment que le pays puisse mobiliser suffisamment de ressources pour financer son développement ».

Le dircab du ministre des Finances s’est réjoui de la profondeur des échanges et de la qualité du travail accomplie et vous en félicite sincèrement. Par votre participation active et l’engagement renouvelé en renforcer le partenariat entre le groupe la Banque africaine de développement et la République démocratique du Congo, nous disposons à ce jour d’un diagnostic fouillé ainsi que des orientations stratégiques claires devant renforcées la pertinence de l’intervention de la Banque dans notre pays.

« Vous devez être fière de cette contribution combien louable que vous avez apporté à la nation congolaise qui s’inscrit à coup sûr dans la vision du chef de l’Etat Félix-Antoine Tshisekedi, de construire un état fort prospère et solidaire. Dans cette optique, la RD Congo considère la Banque africaine de développement comme un partenaire au développement hautement stratégique au regard de sa proximité et de sa maîtrise des réalités africaines. Ainsi, nous avons besoin qu’elle soit solide, efficace et dotée de ressources techniques et financières suffisantes, afin de garantir la réalisation de sa noble mission première consistant en la réduction de la pauvreté, au développement économique durable et au progrès social».

Satisfaction de l’Etat congolais

A l’issue de ces travaux, il a noté avec satisfaction les conclusions pertinentes retenues et validées de manières consensuelles Il s’agit notamment de la convergence des vues sur les domaines prioritaires de la note des diagnostics pays les quelles seront engagées agrégées en deux principaux piliers d’intervention future de la banque à savoir : la transformation structurée de l’économie à travers le développement de l’échelle des valeurs agricoles et minières ainsi que les infrastructures résilientes au moyen des projet intégré et structurant . Le développement de la capitale humaine de l’inclusion sociale ainsi que le renforcement de la gouvernance ».

Il est aussi question de la nécessité d’élargir l’horizon du futur document de la stratégie pays de la BAD en RD Congo pour une période plus longue au-delà de 5 ans, afin de mieux adresser les défis structurels du pays et Consolider les interventions.

Et enfin, la nécessité de capitaliser les leçons apprises sur le rapport d’achèvement et la revue du portefeuille en vue d’accroitre notre capacité d’absorption et accélérer le rythme de développement de la mise en œuvre des programmes.

Au nom du ministre des Finances, gouverneur pays, le dircab a renouvelé l’engagement du gouvernement congolais à accélérer et garantir la mise en œuvre satisfaisante du prochain DSP de la BAD en RDC.

Pour lui, ce DSP s’inscrira dans l’ambitieux programme du Premier ministre, Jean-Michel Sama Lukonde.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Voir Aussi