Le_Potentiel logo
Le_Potentiel logo

Supervision de la sécurité et sûreté aérienne : l’AAC largue plus de 65 inspecteurs sur le terrain

L’Autorité de l’aviation civile (AAC) est plus que déterminée à asseoir une meilleure supervision de la sûreté et de la sécurité aérienne en République démocratique du Congo. C’est dans ce cadre qu’elle a largué, pour la toute première fois, plus de 65 inspecteurs. Ces hommes de terrain, formés, ont été assermentés en qualité d’officiers de police judiciaire à compétence limitées. Ils seront ainsi à même de verbaliser et de proposer des sanctions à l’encontre des contrevenants aux dispositions légales qui réglementent l’Aviation civile en RDC.

Partager :

l’aac largue plus de 65 inspecteurs sur le terrain

C’est un pas qui est franchi dans le cadre de l’amélioration du système de supervision aérienne en RDC. En présence du vice-ministre de la Justice, représentant la ministre d’Etat en charge de la Justice et Garde des sceaux, du ministre des Transports, Voies de communication et Désenclavement, du Procureur général près le Tribunal de Grande instance de Kinshasa/Gombe, de deux présidents du Conseil d’administration de la RVA et de l’AAC, des responsables des compagnies aériennes, etc., plus de 65 inspecteurs de l’AAC ont prêté serment en qualité d’officiers de police judiciaire à compétence limitée.

Ces hommes de terrain seront dorénavant sur les traces des contrevenants aux dispositions légales qui régissent l’aviation civile en RDC.
Pour le ministre des Transports, Voies de communication et de Désenclavement, Chérubin Okende, il est temps pour la RDC de se servir de la voie aérienne aux fins d’assurer la fluidité de transport des personnes et de leurs biens dans des conditions de rapidité, de sécurité et de sureté conformément aux normes de l’aviation civile internationale de manière à booster l’économie nationale. Ainsi, souligne-t-il : « …L’épanouissement du transport aérien dans notre pays se construit avec un équilibre entre la sécurité aérienne, la sûreté de l’aviation civile, la protection de l’environnement et la promotion de notre industrie de l’aviation civile ainsi que la rentabilité de l’activité aéronautique ».

Une carence jugulée

Pour rappel, les assermentés largués sur le terrain ont préalablement été formés. C’était au cours de première session de formation organisée sur fond propre de l’AAC/RDC.

A cette occasion, les 65 récipiendaires qui constituent le personnel technique de l’AAC/RDC ont vu leurs capacités renforcées en vue de remplir pleinement leur fonction d’inspecteur de supervision, chargé de la sûreté et de la sécurité de l’Aviation civile en République démocratique du Congo suivant les exigences internationales édictées par l’Organisation de l’aviation civile Internationale (OACI).

Et pour le Dg de l’AAC/RDC, Jean Tshuimba Mpunga, la RDC au travers l’AAC, s’emploie déjà à mettre fin à la carence majeure longtemps décriée par les experts de l’OACI lors des audits qui se sont succédés depuis 2006. C’est dire que les compétences acquises sont aujourd’hui un atout majeur au profit du pays qui compte désormais des meilleurs éléments capables de porter haut le drapeau de l’AAC/RDC pour une meilleure sûreté et sécurité aérienne dans le ciel congolais.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Voir Aussi