Le_Potentiel logo
Le_Potentiel logo

Après les manifestations contre l’ONU : Le gouvernement annonce la poursuite des discussions sur le retrait de la Monusco

Le plan de transition pour le retrait de la Mission onusienne en RDC a constitué le point d’orgue d’une réunion d’urgence présidée par le Premier ministre, Jean-Michel Sama Lukonde, mercredi 27 juillet 2022 à la Primature. Selon le ministre de la Communication et des Médias, Patrick Muyaya, le gouvernement congolais attend reprendre avec la Monusco les discussions sur ce dossier.

Partager :

img 20220727 wa0050

Le gouvernement congolais vient d’annoncer la poursuite des discussions sur le plan de transition pour obtenir le retrait des casques bleus de la Mission onusienne. Cette annonce fait suite aux manifestations hostiles à la Mission de l’Organisation des Nations unies pour la stabilisation de la République démocratique du Congo (Monusco), les lundi 25 et mardi 26 juillet 2022, dans le Nord-Kivu. C’était à l’issue d’une réunion d’urgence présidée par le Premier ministre Jean-Michel Sama Lukonde, mardi 26 juillet à la Primature.

Faisant le point sur ces manifestations contre la Monusco, le porte-parole du gouvernement et ministre de la Communication et des Médias, Patrick Muyaya, a noté des dégâts humains et matériels importants causés, mais aussi et surtout au regard du plan de transition consacrant le retrait progressif de la Monusco du territoire de la RDC.

« Vous savez que depuis lundi, il y a eu des manifestations hostiles à la Monusco à Goma et que la situation était suivie de très près par le président de la République lui-même et le Premier ministre. (…) Il était important que l’on puisse réunir les responsables de la mission qui sont nos partenaires dans le travail pour le retour de la paix, notamment dans la partie Est de la RDC pour faire le point de la situation. Mais malheureusement, il y a eu des morts, 15 au total : 12 du côté congolais et 3 du côté des casques bleus et des dégâts matériels importants. Le plus urgent au cours de cette réunion, c’était des dispositions qui sont en cours et qui doivent être prises parce que nous, gouvernement de la RDC, nous avons le devoir, conformément à l’accord de siège qui nous lie avec les Nations unies, d’assurer la sécurité des installations de la Monusco et de son personnel. C’est ce sur quoi nos éléments de la Police et de l’armée s’attèlent depuis lundi d’ailleurs. Et jusqu’à ce matin (Ndlr mardi) ça s’est poursuivi et nous pensons que cela doit se faire encore davantage. Et donc c’est à ce niveau qu’on devrait échanger avec les responsables de la Monusco pour prendre des mesures urgentes et qu’au retour attendu de Madame Bintou dans les prochains jours, nous pourrons avoir un dialogue plus étendu sur le travail que nous faisons déjà. Vous savez qu’on a déjà amorcé le processus du retrait de la Monusco », a déclaré en substance Patrick Muyaya.

Appel au calme

Par ailleurs, le gouvernement a lancé un appel au calme à toute la population.
« Le message essentiel c’est de lancer un appel au calme. Rien ne peut justifier la violence, rien ne peut justifier d’aucune manière une quelconque forme d’attaque sur les installations de la Monusco », a-t-il souligné.

Présidée par le Premier ministre, Sama Lukonde, cette réunion d’urgence a connu la participation du représentant spécial intérimaire du Secrétaire générale des Nations unies, le directeur des Affaires politiques des Nations unies en RDC, le coordonnateur des Affaires humanitaires et le directeur du Bureau conjoint des Nations unies aux droits de l’Homme, le vice-Premier ministre en charge des Affaires étrangères, le vice-Premier ministre en charge de l’Intérieur et Sécurité, la vice-ministre de la Défense, le ministre de la Communication et des Médias ainsi que des membres du cabinet du Premier ministre.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Voir Aussi