Le_Potentiel logo
Le_Potentiel logo

Cinq questions à Elvis Mutiri (*)

Partager :

mutiri

1.Comment réagissez-vous à des dégâts importants et des pertes en vies humaines enregistrés lors des manifestations hostiles à la Mission onusienne en RDC dans les villes de Goma, de Butembo et de Beni ?

Les manifestations pacifiques sont garanties par notre Constitution et la tradition de la politique congolaise les autorise. Il est normal si un groupe politique ou une organisation de la Société civile informe l’autorité compétente quant à ce. Mais des manifestations auxquelles nous avons assistées ont été violentes. Elles ont tourné malheureusement aux émeutes qui ont causé des dégâts importants et des pertes en vies humaines parmi les manifestants. C’est curieux de constater que parmi les manifestants, il y a ceux qui étaient armés. Cela veut dire qu’il y a des personnes qui ont été manipulées par des ennemis de la paix au pays.

2.Que pouvez-vous dire à l’endroit des Congolais qui ne jurent que sur le départ sans condition et sans délai de la Mission de l’Organisation des Nations unies de notre pays ?

Le départ de la Monusco est irréversible et ça se fait progressivement. Dans certaines provinces, la Monusco a déjà quitté en l’occurrence le Tanganyika. Nous devons être prudents et éviter de jouer le jeu de l’ennemi avec des manifestations violentes car Goma risque d’être infiltré par le M23 encore actif en province du Nord-Kivu. Cette situation d’instabilité à Goma peut favoriser l’infiltration des ennemis de la paix dans la ville. Les installations brûlées appartiennent à nos compatriotes. Ce sont des biens des Congolais que la Mission onusienne en RDC loue. Ces actes de violence sont condamnables. La Mission de l’Organisation des Nations unies pour la stabilisation du Congo va partir mais sans la violence.

3.Que doivent, selon vous, faire les autorités urbaines de Goma, après les dérapages observés lors de ces manifestations contre la Mission onusienne en RDC qui ont tourné aux émeutes?

Les autorités urbaines de Goma ont intérêt à réunir les leaders sociaux, les acteurs de la Société civile et les acteurs politiques ainsi que ceux des communautés locales de manière à appeler les uns et les autres au calme, à la cohésion et à la cohabitation pacifique afin de ne pas jouer au jeu de l’ennemi.

4.Retrait progressif de la Mission de l’Organisation des Nations pour la stabilisation de la République démocratique du Congo oui, mais pour combien de temps ?

Il existe un calendrier de commun accord entre le gouvernement de la République démocratique du Congo et le Conseil de sécurité des Nations unies. La population n’a qu’à s’apaiser. La Mission onusienne en RDC finira par partir. C’est irréversible.

5.Quel est votre message à l’endroit des familles qui ont perdu les leurs lors de ces manifestations ?

Aux familles de Goma qui ont perdus les leurs, j’exprime mes compassions et ma solidarité.

(*) Député national, élu de Goma

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Voir Aussi