Le_Potentiel logo
Le_Potentiel logo

Incidents du Nord-Kivu et de Kasindi : La députée Masumbuko en appelle à la tenue d’une table ronde sécuritaire urgente

Partager :

masumbuko chantal

Après les incidents malheureux du Nord-Kivu et la récente tuerie de Kasindi, la députée nationale Solange Masumbuko Nyenyezi Amisi en appelle à la tenue d’une table ronde sécuritaire urgente pour clarifier toute cette situation.

« Il faut urgemment une table ronde sécuritaire entre Société civile, gouvernement, justice, Monusco, FARDC et UE. Cette rencontre d’éclairage et d’information va permettre à tout citoyen de comprendre exactement ce qui se passe sur le terrain. La population pourra se faire une idée sur l’implication de chacune des parties pour la restauration de la paix dans la partie Est de notre pays », estime l’élue de la circonscription de Lukunga/Kinshasa.

Cette table ronde d’information et d’éclairage très capitale, aux yeux de la députée Masumbuko, requiert l’implication de tout le monde.  Raison pour laquelle, elle se jette à l’eau et entend d’ores et déjà initier des consultations à plusieurs niveaux pour justement pousser les uns et les autres à se mettre autour d’une table et échanger sur l’insécurité dans l’Est du pays.

« À cet effet, nous irons voir les autorités de notre pays, nous irons aussi vers la Monusco, les FARDC, le représentant de l’UE en RDC. Nous disons qu’il est donc grand temps que la guerre cesse. Les morts nous en avons assez déploré », fustige-t-elle par ailleurs.

Pour cette élue nationale, membre de l’Union sacrée de la nation (AFDC-A de Bahati), il faut apporter la vraie information à la population pour apaiser la tension et rassurer l’opinion nationale et internationale.

Mais en attendant, Solange Masumbuko préfère passer ce moment douloureux dans la médiation, compatissant avec ses consœurs violées, violentées et déplacées dans l’Est du pays.

Invitant la population à la prière et l’unité, l’élue de Lukunga comprend l’exaspération de la population congolaise mais condamne en même temps le pillage et autres dérapages ayant émaillé les incidents du Nord-Kivu.

« Quand la population s’exprime, c’est dans son devoir. C’est constitutionnel. Mais alors, nous dénonçons le pillage et tant d’autres dérapages. En tant que parlementaire, nous irons vers la Monusco pour des échanges. Il en est de même avec l’Union européenne ainsi que les responsables des FARDC pour encourager les efforts qui sont déployés sur le terrain et avoir le feedback sur comment bouter dehors l’ennemi commun, l’ennemi de la paix ».

En communion avec les femmes fortes

En vacances parlementaires, Solange Masumbuko a conféré, le 31 juillet dernier, qui coïncide avec son anniversaire de naissance, avec les femmes congolaises chrétiennes et femmes fortes du pays.

« En tant que parlementaire, il est de notre obligation d’échanger avec notre base. Nous profitons de cette occasion pour rendre compte à ceux qui nous ont envoyée à l’Assemblée nationale, mais également pour écouter leurs desiderata. Ce moment coïncide évidemment avec notre anniversaire, voilà pourquoi nous avons jugé bon de le passer auprès des femmes congolaises chrétiennes, femmes fortes de notre pays », déclare-t-elle d’autre part.

Mais si c’était un anniversaire dans la méditation, l’élue de Lukunga n’est pas allée les mains bredouilles. Dans sa gibecière, elle a apporté des pagnes remis à titre symbolique à quelques femmes entrepreneures.

C’est pour elle, non seulement une manière de traduire son attachement à la femme congolaise, mais aussi de penser aux milliers de femmes massacrées à l’Est de la RDC. « Nous voulons, à travers ce petit geste, dire aux femmes qu’elles ont tout notre soutien. Nous leur demandons de garder espoir et de faire confiance aux autorités du pays. Le chef de l’Etat, comme vous le savez, ne lésine pas sur les moyens pour restaurer la paix à l’Est de la République. Nous devons donc l’accompagner dans ce combat. N’accordons aucun crédit aux ennemis de la paix. Restons vigilants et prudents », fait savoir la députée nationale, rapporteur adjoint du groupe parlementaire AFDC-A.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Voir Aussi