Le_Potentiel logo
Le_Potentiel logo

Jean-Pierre Lacroix à Goma : « Les auteurs des tueries de Kasindi doivent être sanctionnés »

Lundi 1er juillet 2022, lors de son séjour à Goma, chef-lieu du Nord-Kivu, Jean-Pierre Lacroix, secrétaire général adjoint des Nations unies aux opérations de paix, a déclaré que les Casques bleus onusiens, auteurs des tueries de Kasindi, doivent être sanctionnés.

Partager :

la croix

Les Casques bleus onusiens du contingent tanzanien, en provenance de l’Ouganda, qui ont tiré à balles réelles sur les manifestants, causant ainsi la mort à 3 personnes et plusieurs blessés, dimanche 31 juillet 2022, au poste frontalier de Kasindi, seront sévèrement sanctionnés. Jean-Pierre Lacroix, secrétaire général adjoint des Nations unies aux opérations de paix, l’a déclaré, le lundi 1eraoût 2022 à Goma, chef-lieu de la province du Nord-Kivu.

Pour ce diplomate onusien, « un éclairage sera apporté sur ce qui s’est passé à Kasindi, afin que les Casques bleus onusiens, auteurs de ce drame, soient sanctionnés comme il se doit ».

« Un travail commun se fait dans ce sens avec les autorités congolaises et cela se joint aux enquêtes déjà amorcées aussi pour les attaques et les pillages des sites de la Monusco à Goma et à Butembo. Un éclairage sera apporté sur toutes ces questions », a-t-il souligné. Avant de renchérir : « On s’inscrit dans un processus du retrait de la Monusco et cela doit se faire avec des précautions prises pour que les situations sécuritaires soient améliorées dans les zones où la Monusco a œuvré en République démocratique du Congo conformément aux textes d’engagement entre les deux parties ».

D’un ton ferme, à l’aéroport international de Goma avant son retour à Kinshasa ce même lundi 1er août 2022, Daniel Asselo, vice-Premier ministre, ministre de l’Intérieur qui a conduit une délégation gouvernementale au Nord-Kivu pour s’imprégner de cette situation, a, pour sa part, qualifié du « mépris », les tueries dont sont auteurs les éléments de la force onusienne à Kasindi.

« Pendant que nous étions en train de consulter les différentes couches des populations à Goma et à Butembo pour trouver de meilleures solutions à cette crise, les tueries de Kasindi ont créé une entorse sur notre démarche. Nous considérons ça comme du mépris vis-à-vis du gouvernement congolais. Des décisions et des mesures importantes seront prises dans peu », a-t-il conclu.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

douze + dix-neuf =

Voir Aussi