Le_Potentiel logo
Le_Potentiel logo

La SADC lance à Kinshasa la révolution industrielle africaine

En décidant d’y lancer, le mardi 2 août 2022, la sixième Semaine annuelle de l’industrialisation, la SADC a choisi Kinshasa comme la capitale africaine de la révolution industrielle. Pour ce faire, tous les 16 pays membres de l’organisation sous régionale devront, au cours des assises qui courent jusqu’au 6 août 2022, réfléchir sur comment développer leurs industries en fonction des besoins qu’éprouvent d’autres pays.

Partager :

sadc

En prélude au 42ème Sommet des chefs d’Etat et de gouvernement, prévu les 17 et 18 août 2022, la Communauté de développement de l’Afrique australe (SADC) a lancé, le mardi 2 août 2022 à Kinshasa, la révolution industrielle africaine.

Le Premier ministre, Jean-Michel Sama Lukonde, a présidé, dans la salle de spectacles du Palais du peuple, la cérémonie d’ouverture de cette sixième Semaine annuelle de l’industrialisation de la SADC placée sous le thème : « Promouvoir l’industrialisation au moyen de l’agro transformation, la valorisation des minerais et du développement des chaînes des valeurs régionales en vue de réaliser une croissance économique inclusive et durable ». 

Il a indiqué que cette théorie « nous interpelle, au regard de nos ressources naturelles dans notre espace SADC et plus particulièrement la RDC qui détient plus de 80 millions de terres arables avec une pluviométrie régulière ».

La RDC, a-t-il dit, a besoin d’investissements privés (secteur agricole, etc.) en vue de permettre à notre communauté de tirer des dividendes de ses potentialités et de combattre la malnutrition. Il a invité les participants à explorer les opportunités qu’offre la RDC.

Plan directeur de l’industrialisation, maître mot

Pour sa part, le ministre de l’Industrie, Julien Paluku, a fait savoir que le Plan directeur de l’industrialisation de la RDC qui est l’un des piliers du programme économique du gouvernement congolais constitue, pour le Congo-Kinshasa, le sous-bassement de ces assises.

« Nous devons plus nous contenter de nous montrer à la hauteur de notre réputation respective et faire profiter au continent africain ainsi qu’au monde nos différentes capacités et potentiels. Il est impensable que, par exemple, pour nous la RDC nous puissions importer pour 2,5 milliards USD chaque année en produits agro- alimentaires ; il est impensable pour nous la RDC que nous continuons à importer pour 470 millions USD par an pour les produits pharmaceutiques. Donc, la SADC a choisi la RDC pour lancer la révolution industrielle de l’Afrique pour que nous puissions désormais commencer à transformer notre produit agro industriel pour devenir le fournisseur des marchés à travers le monde. Nous devons saisir cette occasion pour commencer à mettre en place les politiques publiques qui vont permettre qu’au-delà des marchés des offres, nous devenions fournisseur. Nous devons lancer la révolution de l’industrie congolaise et de la SADC parce que nous en avons les capacités, les potentialités, les moyens, le Bassin du Congo », a déclaré le ministre de l’Industrie, Justin Paluku.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Voir Aussi