Le_Potentiel logo
Le_Potentiel logo

Nord-Kivu : Goma rend les derniers hommages aux morts des manifestations anti- Monusco

Partager :

img 20220805 wa0029

Ce vendredi 5 août 2022, les habitants de la ville de Goma, chef-lieu du Nord-Kivu, se sont donnés rendez-vous à l’esplanade de Stade de l’Unité pour rendre les derniers hommages aux morts des manifestations hostiles à la Mission onusienne en RDC, les lundi 25, mardi 26 et mercredi 27 juillet dans cette province. C’était au cours d’une cérémonie des funérailles organisée par le gouvernorat provincial.

Jean-Romuald Ekuka Lipopo, vice-gouverneur de la province du Nord-Kivu qui a représenté officiellement l’autorité provinciale à cette cérémonie, a déposé une gerbe de fleurs devant les cercueils exposés sur le lieu, signe de compassion du gouvernement provincial envers les nombreuses familles qui ont perdu les leurs.

Lors d’un culte œcuménique organisé pour la circonstance, l’aumônier du jour a souligné que la mort de ces compatriotes dénote un engagement ferme pris par les Congolais qui veulent prendre les choses en main pour résoudre eux-mêmes leur problème sécuritaire.

« Il faut briser la peur. Qui veut la paix cherche la paix. Leur combat va servir à la conquête de la paix tôt ou tard. Que leurs âmes reposent en paix », a-t-il rajouté.

Présent à cette cérémonie, Jean-Baptiste Kasekwa, député national, élu de Goma en appelle à l’interpellation du ministre des Affaires étrangères dès la rentrée parlementaire de septembre prochain.

« Il est simple d’obtenir le départ de la Monusco. Le Tchad l’a fait. Il suffit juste que le ministre des Affaires étrangères retire la signature de la République démocratique du Congo de l’accord de siège signé en date du 4 mai 2000 entre la RDC et la Monusco. Une lettre du ministre congolais des Affaires étrangères peut mettre fin à cet accord et faire partir la Monusco à l’immédiat. On n’a pas besoin de compter des morts pour le départ de la Monusco. La voie du gouvernement suffit pour que ces contingents onusiens quittent le pays. Le gouvernement congolais traine les pas dans ce sens et ça dénote une complicité. Au niveau du Parlement, nous allons multiplier des actions quant à ce », a-t-il renchéri.

Pour lui, étant donné que l’Organisation des Nations unies vient d’affirmer dans le rapport de ses experts que le Rwanda soutient les terroristes du M23 en hommes et en armes, Kinshasa doit immédiatement rompre ses relations diplomatiques avec Kigali.

« En plus de cela, on ne comprend pas pourquoi le gouvernement congolais a aussi du mal à expulser l’ambassadeur du Rwanda qui est à Kinshasa, alors que tout est démontré noir sur blanc par l’Onu que le Rwanda appuie en hommes et en armes les rebelles du M23 qui occupent certains coins du Nord-Kivu comme Bunagana actuellement. Il faut des actions fortes », a argué cet élu de Goma. Avant de poursuivre : « Le Parlement va sanctionner cette question du départ de la Monusco qui ne doit pas être abandonnée à la rue ».

John Banyene, président de la Coordination de la Société civile Force vive du Nord-Kivu a, quant à lui, félicité le gouvernement provincial d’avoir pris l’initiative d’enterrer dignement ces Congolais morts pour avoir marché afin d’exiger le départ sans condition et sans délai de la Mission de l’Organisation des Nations unies pour la stabilisation de la République démocratique du Congo (Monusco) jugée inefficace pour restaurer la paix dans l:Est du pays.

Ces compatriotes ont été inhumés au cimetière Makao, situé au Nord de la ville de Goma, en territoire de Nyiragongo.

Sur place, l’on a remarqué la présence des centaines de jeunes membres des mouvements citoyens qui ont brandi les affichages exigeant le départ sans condition et sans délai de la Monusco.

Il convient de noter que lors de ces manifestations contre la Monusco qui ont tourné aux émeutes , l’on a enregistré 13 décès à Goma sur un bilan total de 36 morts comprenant le Nord-Kivu et le Sud-Kivu.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

un − 1 =

Voir Aussi