Le_Potentiel logo
Le_Potentiel logo

La RDC se dote d’un projet de loi sur la prévention et la répression des VBG

Partager :

img 20220807 wa0008

La République démocratique du Congo vient de se doter d:un projet de loi portant prévention et répression des violences basées sur le genre (VBS). C’était au terme des travaux de trois jours intenses, soit du 2 au 4 août 2022 à Béatrice Hôtel, réunissant les experts et expertes des structures étatiques et non étatiques ainsi que les organisations de la Société civile qui ont validé ce texte.

Au cours de ces assises, les participants étaient scindés en 3 groupes de travail, afin d’apporter quelques amendements à ce projet de loi.

Après débat et discussion, l’Assemblée (les participants) a adopté et validé les amendements apportés dans ce projet de loi.

Représentant la conseillère spéciale du chef de l’Etat en charge de la Jeunesse et lutte contre les violences à l’égard de la femme, le coordonnateur du cabinet, s’est réjoui du fait qu’à l’issue de ces trois jours de ces travaux, la RDC se dote d’ un projet validé par plusieurs parties prenantes.

A l’en croire, ce projet de loi validé a rencontré l’adhésion du ministère sectoriel, des organisations de la Société civile et surtout du soutien du président de la République, le champion de la masculinité positive.

Il a également rappelé que cette loi a eu l’avantage d’explorer tous les aspects sociaux où se commettent une sorte de violence tout en le catégorisant : violence économique, psychologique, violence fondée sur les coutumes rétrogrades, conjugales et domestiques.

En outre, ce texte se propose de prévenir et réprimer les violences structurelles encrées dans notre société au détriment des femmes, filles ; voir ders garçons et hommes introduisant ainsi les notions de répression des violences domestiques et complétant ainsi d’éventuelles lacunes observées dans les précédentes lois.

D’après le coordonnateur du cabinet, la conseillère spéciale du chef de l’Etat, Mme Chantal Yelu Mulop a félicité les participants et experts qui ont consacré leur temps par leur assiduité et leur intérêt à pouvoir doter notre pays d’un instrument tant attendu par tous, se conformant aux normes régionales et internationales, surtout aux exigences et besoin de la population.

Quant à Me Pélagie Ebeka, directrice de cabinet et représentant la ministre de la Justice et Garde des Sceaux, c’est grâce à la mobilisation et coordination de la conseillère du chef de l’Etat en charge de la Jeunesse et lutte contre les violences faites à la femme que ce projet loi est aujourd’hui validé.

Pour Me Pélagie Ebeka, ce texte constituera un motif de fierté pour la RDC. Car, a-t-elle ajouté, très peu de pays africains ont eu à légiférer sur les violences basées sur le genre.

« Et, non seulement, ils n’ont pas eu à légiférer, mais ils n’ont pas eu à prendre tous les contours des VBG conformément à nos traditions, coutumes et culture », a-t-elle signalé. Et d’ajouter : « C’est ça qui constitue la richesse du texte qui vient d’être validé à ce jour ».

Selon elle, ce texte rentre dans le cadre de la politique nationale de réforme de justice de la RDC qui a, comme un des piliers, la lutte contre l’impunité des violences basées sur le genre et des violences sexuelles.

« C’est aujourd’hui que ce texte commence sa vie et va être porté au ministère de la Justice pour suivre son processus et aboutira, comme nous l’espérons tous à l’adoption et à la promulgation et à la publication dans le journal officiel de la RDC », a renchéri la directrice de cabinet du ministère de la Justice.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Voir Aussi