Le_Potentiel logo
Le_Potentiel logo

J.M Kabund boude, une fois de plus, l’invitation du bureau de l’Assemblée nationale

« Je ne saurais accompagner le bureau de l'Assemblée nationale dans une forfaiture qui s'apparente à une messe noire dite déjà, consistant à me museler et à violer, de manière spectaculaire, mes droits d'élu du peuple ». C’est la réplique de Jean-Marc Kabund à la lettre du bureau de l’Assemblée nationale l’invitant pour la 2è fois à présenter ses moyens de défense par rapport au réquisitoire du procureur général près la Cour de cassation visant la levée de ses immunités parlementaires.

Partager :

kabund

Alors qu’il était attendu le lundi 8 août par le bureau de l’Assemblée nationale, le député national Jean-Marc Kabund-A-Kabund réserve une fin de non-recevoir à la deuxième invitation du bureau Mboso qui veut l’auditionner conformément au réquisitoire du procureur général près la Cour de cassation qui sollicite la levée de ses immunités parlementaires.

Déjà la veille, son avocat-conseil a fait savoir que Jean-Marc Kabund n’ira pas à la rencontre du bureau de l’Assemblée nationale, tant que des préalables à une telle séance ne sont pas discutés.

Les dés sont jetés

« Le président de l’Alliance pour le changement reste un homme de principe. En tant que légaliste, il a eu à répondre au premier mandat de comparution décerné par le procureur général près la Cour de cassation. Il attend comparaître à nouveau ce mardi 9 août 2022 pour apporter des éléments de preuve au parquet afin d’assurer son instruction de manière adéquate », a déclaré l’avocat de Jean-Marc Kabund.

Pour lui, la démarche du président Mboso est qu’une procédure conspirationniste, une entorse de plus aux normes juridiques, à la Constitution et au règlement intérieur de l’Assemblée nationale d’une part. D’autant plus qu’ils n’arrivent pas affronter de l’honorable Kabund-A-Kabund qui requiert l’annexion d’une copie du réquisitoire du procureur général afin de mieux préparer une défense proportionnelle ; cela demeure une violation du droit de la défense, d’autre part.

« S’il y a une messe noire déjà dite au bureau de l’Assemblée nationale, profitant de la période des vacances parlementaires pour se livrer à des interprétations singulières des textes de loi en vigueur dans notre pays jusqu’au se substituer à la Cour constitutionnelle dans le but de lever les immunités de l’honorable Jean-Marc Kabund-A-Kabund et autoriser illico presto des poursuites judiciaires, alors ils peuvent déjà s’y atteler », a fustigé l’avocat -conseil de Kabund.

Avant de confirmer que le député poursuivi sera au rendez-vous ce mardi 9 août au parquet pour se prêter à la deuxième audition.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Voir Aussi