Le_Potentiel logo
Le_Potentiel logo

Sama Lukonde, Bahati, Mboso, Bemba… au-devant de la scène, Agression rwandaise : le camp Tshisekedi resserre les rangs

Le contexte sécuritaire dans l’Est du pays ne peut, en aucun cas, rimer avec les positionnements politiques. L’heure est donc à l’unité nationale pour défendre l’intégrité territoriale menacée. A cet effet, l’Union sacrée de la nation, plateforme au pouvoir, hausse le ton. Dans une déclaration faite dans la soirée de lundi 8 août à Kinshasa, les principaux leaders de cette plateforme, à savoir Jean-Pierre Bemba Gombo, Bahati Lukwebo, Christophe Mboso, Jean-Michel Sama Lukonde, Augustin Kabuya, Lambert Mende, etc., s’insurgent contre la nouvelle agression de la RDC par le Rwanda qui opère sous le label du M23 (Mouvement du 23 Mars), ainsi que les groupes armés étrangers et locaux écumant l’Est du pays. C’est une sortie médiatique qui conforte la mobilisation générale derrière les FARDC et leur commandant suprême, pour l’intérêt du Congo. La détermination des animateurs des institutions de la République tout comme des personnalités, à sauvegarder et à consolider plus que jamais l'indépendance, l'unité et la concorde nationale conformément à la Constitution et aux lois de la République, traduit à l’évidence, l’engagement de toute la nation pour cette cause juste.

Partager :

img 20220810 wa0018

Face à la situation sécuritaire dans l’Est du pays marquée par l’occupation de Bunagana par le Rwanda sous couvert des terroristes du M23, le premier message véhiculé par les dirigeants de la coalition gouvernementale est celui de la cohésion de la majorité. Tout en se disant conscients de l’ampleur des défis à relever.

Dans une déclaration faite dans la soirée de lundi 8 août à Kinshasa, l’Union sacrée de la nation, plateforme au pouvoir, a haussé le ton. Jean-Pierre Bemba Gombo, Bahati Lukwebo, Christophe Mboso, Jean-Michel Sama Lukonde, Augustin Kabuya et d’autres ténors du pouvoir se sont insurgé contre la nouvelle agression de la RDC par le Rwanda qui opère sous le label du M23 (Mouvement du 23 Mars), ainsi que les groupes armés étrangers et locaux écumant l’Est du pays. « …Nous leur promettons que, de gré ou de force, ils seront définitivement vaincus sur la terre de nos ancêtres », affirment-ils.

Cette déclaration intervenue à la veille de l’arrivée à Kinshasa du secrétaire d’État américain, Anthony J. Blinken qui a été reçu, mardi 9 août au nouveau palais présidentiel par Félix Tshisekedi, président de la RDC, n’est pas anodine. Il s’agit d’un message qui place également les Etats-Unis d’Amérique dans leur responsabilité d’encourager la démocratie, la tenue d’élections libres et équitables, le respect des droits humains et la lutte contre la corruption. Des valeurs qui contrastent avec les bruits des canons.

C’est ainsi que dans la foulée, l’Union sacrée de la nation a salué le rapport des experts des Nations unies établissant la responsabilité du Rwanda dans cette déstabilisation de la RDC tout en soutenant le double processus de paix initié tant à Nairobi au Kenya, avec le président Uhuru Kenyatta, qu’à Luanda en Angola avec le président João Lourenço.

« Déplorons les massacres de nos compatriotes dans l’Est de notre pays et présentons nos condoléances les plus émues tant aux familles éplorées qu’à toute la nation congolaise. Réaffirmons notre détermination à sauvegarder et à consolider, plus que jamais, l’indépendance, l’unité et la concorde nationales, conformément à notre Constitution et aux lois de la République », note-t-on dans la déclaration.

Par ailleurs, l’Union sacrée de la nation appelle les nations amies, éprises de paix et de justice, afin qu’elles intensifient avec la RDC des relations d’amitié, de coopération multisectorielle bi et multilatérale et, touchant tous les domaines, particulièrement la défense, la sécurité, l’économie, l’environnement et la culture.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Voir Aussi