Le_Potentiel logo
Le_Potentiel logo

RDC-Nord-Kivu : Deux mois après la prise de Bunagana, il est temps pour l’État congolais d’intervenir (Jean-Baptiste Kasekwa)

Partager :

img 20220813 wa0014

C’était le 13 juin 2022 que les rebelles du mouvement terroriste M23, appuyés par le Rwanda, ont assiégé la cité de Bunagana située dans le territoire de Rutshuru, à la frontière avec l’Ouganda.

Ce samedi 13 août 2022, cela fait exactement deux mois, jour pour jour, depuis que ces rebelles occupent cette partie du territoire national, où ils ont installé leur administration.

Au cours d’une conférence-débat à Goma sur la situation qui préoccupe les populations du Nord-Kivu, le député national Jean-Baptiste Kasekwa, élu de Goma, a appelé l’État congolais à intervenir le plus tôt possible au regard des conséquences économiques et sécuritaires qui découlent de cette occupation.

« Cette prise d’une partie du territoire de Rutshuru crée une entorse au secteur agricole du Nord-Kivu et cela a comme conséquence la flambée des prix de certaines denrées alimentaires qui proviennent de Rutshuru, entre autres, le prix d’un sac de haricot qui passe aujourd’hui de 55 à plus de 80 dollars à Goma. Rutshuru est un grenier agricole pour le Nord-Kivu. Avec la prise de Bunagana, tout bascule économiquement à Goma en termes de ravitaillement en denrées alimentaires. On a la chance parce que on a encore Masisi qui ravitaille aussi Goma, sinon la situation allait déjà virer au rouge », a souligné le député Jean-Baptiste Kasekwa.

Pour l’élu de Goma, cette situation devrait susciter l’intervention rapide de l’État congolais, car les élections prochaines risquent d’en pâtir.

« A cette allure, il sera difficile d’organiser les élections prochaines dans cette partie du pays, d’autant plus que le M23 continue de recruter des jeunes gens dans des camps de réfugiés de l’Ouganda pour ratisser large dans l’occupation du Nord-Kivu. Les populations du Nord-Kivu devraient appuyer les FARDC. Aussi là où la Monusco a échoué, la force régionale des pays de l’Est de l’Afrique ne fera rien du tout », a-t-il martelé.

Les États-Unis, sans action concrète vis-à-vis du Rwanda

Pour le député national Jean-Baptiste Kasekwa, Antony Blinken, secrétaire d’État américain, devrait dire ouvertement à Paul Kagame de retirer ses troupes M23 de Bunagana, car toutes les preuves démontrent que le Rwanda vient en appui à ce mouvement terroriste.

« Les États-Unis n’ont pas dit clairement à Kagame ce qui devrait être dit. On devrait l’obliger à retirer ses alliés M23 de Bunagana », a-t-il renchéri.

Deux mois après cette occupation, on peut se poser la question de savoir si ce n’est pas une voie bien établie pour la matérialisation de la balkanisation de la République Démocratique du Congo.

La prise de Bunagana ne constitue-t-elle pas un ballon d’essai à la balkanisation tant souhaitée par certaines puissances occidentales ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Voir Aussi