Le_Potentiel logo
Le_Potentiel logo

Injures et outrages au chef de l’Etat, Félix Tshisekedi tape du poing sur la table : « On ne peut pas traiter le président de la République comme son camarade »

Partager :

félix tshi

Le chef de l’Etat, Félix-Antoine Tshisekedi, n’entend pas badiner avec ceux qui s’illustrer avec autant de légèreté à distiller des propos injurieux, diffamatoires et désobligeants sur sa personne. Il vient de taper du poing sur la table et entend faire régner l’ordre. 

« On ne peut traiter le président de la République comme son camarade, ni comme son domestique », a-t-il recadré récemment alors qu’il échangeait avec la diaspora congolaise du Tchad. On se souvient que le chef de l’Etat a séjourné à N’Djamena, capitale du Tchad à l’occasion de la célébration du 62e anniversaire de l’indépendance de cet Etat d’Afrique centrale.

Sur un ton ferme, Félix-Antoine Tshisekedi tient à rétablir l’ordre et le respect de la personne du chef de l’Etat.

« Si les prisons vont se remplir avec des politiciens qui sont dans les mensonges et accusations sans fondement, tant mieux. Nous devons faire la politique autrement. S’il faut critiquer le régime, notre manière de faire, ça ne pose aucun problème, mais il ne faut pas mentir », a-t-il martelé par ailleurs.

Pour lui, « quand les gens commencent à mentir jusqu’à traiter le président de la République de menteur, c’est très grave. Voilà pourquoi il faut le justifier devant les juges ».

Faisant allusion aux récents événements survenus avec la combattante de l’ECiDe, Mme Marie Masemi, 70 ans révolus. De ce, Félix Tshisekedi a déploré le fait qu’« on va jusqu’à manipuler une vieille dame pour tenir des propos du genre, le nom Nyakeru n’est pas congolais. Est-ce pour diviser les Congolais ? Qui a dit que le nom Nyakeru n’est pas congolais ? ».

Et avec sévérité, il a prévenu en ces termes : « Je serai intolérant avec tous ceux qui vont tenter de mettre en danger l’unité nationale. Je n’accepterai pas que les gens se lancent dans des campagnes tribales. Quand ce vent a commencé au Katanga, j’y suis allé moi-même pour dire à la population, je ne peux pas l’admettre dans le Congo que je dirige ».

En même temps, il dit comprendre ses frères : « Ils apprennent à faire l’Opposition alors que nous, nous avons été dans l’opposition pendant plus d’une trentaine d’années. Et ça n’était pas une opposition aussi facile que la leur. La nôtre était dure. Cependant, ils ont choisi la voie de l’opposition, nous le respectons ».

Dictateur, non !

Répondant à l’opposition qui le traite de dictateur et son pouvoir qui virerait vers une dérive totalitaire, Félix Tshisekedi a réagi :

« J’apprends que nos amis de l’opposition dénoncent une dérive dictatoriale, jamais, je ne peux être dictateur. Et le plus étonnant, c’est que ce sont nos frères de l’ancien régime qui sont aujourd’hui dans l’opposition. Ils me font rire quand ils affirment que je suis dictateur ».

Pour le chef de l’État, « c’est en même temps drôle et triste. À vrai dire, ils ne devraient même pas faire tous ces bruits. Si nous étions réellement des dictateurs comme ils le disent, aujourd’hui, ils seraient devant les tribunaux ».

D’autre part, il leur a demandé « de se taire et de chercher comment réfléchir sur tous les maux qu’ils ont commis contre le pays. Je ne peux pas parler de ce que nous avons trouvé à notre avènement au pouvoir ».

Des actions concrètes

La vision de Félix Tshisekedi est de « répartir nos richesses de manière équitable. Ça fait plus d’une vingtaine d’années qu’il n’y a plus eu augmentation de salaire des fonctionnaires. Mais nous l’avons réalisé. Nous savons que ce n’est pas suffisant parce qu’il y a énormément des choses à faire, nous savons également que cet argent n’est pas encore suffisant ».

C’est dans ce cadre qu’il convient d’inscrire la mesure portant gratuité de l’enseignement primaire pour permettre aux parents d’orienter leurs dépenses vers autres choses que dans la scolarité. Cela restitue à ces parents un peu le pouvoir d’achat. Les efforts vont poursuivre sur le social de la population.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Voir Aussi