Le_Potentiel logo
Le_Potentiel logo

Justice : Malgré la mesure d’assignation à résidence surveillée, le séjour de Kabund se prolonge à Makala

Depuis le vendredi 12 août, Jean-Marc Kabund, placé sous mandat d’arrêt provisoire depuis le 8 août a bénéficié de la mesure d’assignation à résidence surveillée dans sa demeure du quartier Kingabwa. Seulement voilà, cette ordonnance de la haute Cour met du temps à être exécutée à ce jour. Et le séjour du député national se prolonge à Makala, ce que dénonce son parti Alliance pour le changement qui exige le respect de la procédure.

Partager :

kabund jm

Le député national Jean-Marc Kabund-A-Kabund, placé sous mandat d’arrêt provisoire depuis le lundi 8 août 2022 et écroué à la prison centrale de Makala, poursuit son séjour dans cette maison carcérale, malgré la mesure portant son assignation à résidence surveillée dans sa villa du quartier Kingabwa, commune de Limete prise le vendredi 12 août par le juge de la Cour de cassation.

Son parti Alliance pour le changement (ACH) indexe l’Officier du ministère public qui aurait fait différer, sans raison, l’exécution de cette décision en faveur de son autorité morale ; ce qui contraste avec la célérité ayant caractérisé sa mise en détention.

D’après Justin Mwanzi, porte-parole de l’ACH, Jean-Marc Kabund devait impérativement regagner sa demeure dès le lundi 15 août 2022.

« Depuis ce vendredi 12 août 2022 que le Cour de cassation a ordonné l’assignation à résidence surveillée de l’honorable Jean-Marc Kabund-A-Kabund. Malheureusement, nous constatons qu’il continue de demeurer deux nuits de plus à la prison centrale de Makala. Cela, justement du fait que l’officier du ministère public a lanterné l’exécution de cette ordonnance pour des raisons qu’on ignore jusqu’à présent », a-t-il fustigé.

Pour ce cadre du part « Alliance pour le changement », cette manœuvre dilatoire ne correspond pas à la vitesse avec laquelle l’officier ministère public avait posé les actes.

« La mise sous mandat d’arrêt provisoire (MAP) s’est faite de manière expéditive, tout comme le fait de le traduire devant la Cour de cassation, tout a été fait de manière très expéditive », a-t-il noté.

Avant de s’étonner en ces termes : « Mais pour ce qui est l’exécution de la mesure d’assignation à résidence surveillée, cela doit prendre plus de trois jours et nous devons continuer à préjudicier l’honorable Jean-Marc Kabund en le mettant dans des conditions carcérales ».

En attendant, le parti cher au député Jean-Marc Kabund exige le respect de la procédure, tout en décriant la lenteur avec laquelle l’officier du ministère public se hâte pour exécuter l’ordonnance de la haute Cour.

La journée de lundi correspond, selon Justin Mwanzi, à la fin de la procédure et il se proposait de ramener à l’administration pénitentiaire des éléments préalables à la libération d’un détenu.

On rappelle que Jean-Marc Kabund, ancien premier vice-président de l’Assemblée nationale et ex-président ad intérim de l’UDPS est poursuivi par la Cour de cassation pour propos injurieux, diffamatoires et outrageants envers le chef de l’Etat distillés à la faveur de son meeting populaire du 18 juillet dernier dans sa résidence de Kingabwa, à Kinshasa/Limete.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Voir Aussi