Le_Potentiel logo
Le_Potentiel logo

Lutte contre le changement climatique : PNUD et FMJC en campagne sur l’usage accru des foyers améliorés en RDC

Avec l’appui financier du Programme des Nations unies pour le développement (PNUD), Femmes des médias pour la justice (FMJC) a procédé, le lundi 15 août 2022 dans la salle de conférences du Sacré-Cœur, à Kinshasa/Gombe, au lancement officiel de la campagne de sensibilisation à l’usage accru des foyers améliorés et gaz de pétrole liquéfié (GPL) en République démocratique du Congo. Et cela, dans le cadre du programme Energie-Fonds national REDD (Fonaredd).

Partager :

eco

Ce projet dont les activités vont se poursuivre jusqu’au 31 décembre 2023 à Kinshasa, Lubumbashi, Goma, Bukavu et Kisangani vise à contribuer au changement des comportements des ménages congolais par l’adoption et l’utilisation permanente et/ou régulière des foyers améliorés (FA) et gaz de pétrole liquéfié (GPL) comme mode de cuisson propre.

A terme, ce projet veut amener 7 millions de Congolais à adopter et à utiliser régulièrement les FA et GPL comme de cuisson propre, à réduire leur dépendance au déboisement excessif, parvenir à épargner leurs revenus, promouvoir la création d’un marché libre des FA et GPL, au travers de l’établissement d’un environnement favorable et d’un programme d’incubation du secteur.

Selon Gloire Munesha Aganze, chargé de communication au Fonaredd, cet événement marque un début d’une consommation raisonnée du bois énergie en RDC.

 « Nous espérons qu’à travers cette campagne qui est lancée aujourd’hui, les 7 millions de personnes attendues par ce projet, cette cible arrivera à adopter de nouvelles pratiques que nous voulons vulgariser à travers ce programme et faire adopter ces pratiques à d’autres cibles. A travers ce programme, nous voulons atteindre plus de 7 millions de personnes, c’est-à-dire que ces 7 millions nous aident à atteindre 77 fois 7 millions d’habitants », a-t-il souhaité.

De son côté, M. Kouadjo Ngonra du programme Energie-Fonaredd au PNUD a estimé que le programme Energie est prioritaire et même stratégique pour le gouvernement congolais dans le cadre du Financement de l’initiative des forêts d’Afrique (CAFI) qui a signé un accord de partenariat avec le gouvernement congolais et dont les fonds sont administrés par le Fonds national REDD.

Dans le cadre de ce programme, a-t-il précisé par ailleurs, « nous envisageons substituer partiellement la consommation du bois énergie qui est révélée comme deuxième moteur de déforestation au niveau de la RDC ».

Appui aux fabricants des FA et GPL

Auparavant, Mme Kenneth Enim Ampi, coordonnatrice national de FMJC et communication senior du programme, s’était exprimé en ces termes : « Au-delà des chefs-lieux, nous attendons que la campagne touche non seulement toutes ces provinces, mais aussi avec les activités de médiatisation, nous croyons fermement que, de manière indirecte, la République tout entière, les recoins de la République seront atteints pour occasionner un changement de comportements tel que voulu dans les objectifs du programme », a-t-elle déclaré en substance.

La stratégie adoptée par le programme consiste à impliquer les 42 entreprises productrices des FA en améliorant la qualité, de manière à produire des foyers améliorés de qualité et accessible à tout usager jouant en même temps sur le coût de revenu.

S’agissant du gaz, le programme appuie avec deux (2) entreprises ; lesquelles feront la démonstration lors de la foire sur la sécurité et l’utilisation du gaz comme cela se fait dans tous les autres pays africains.

Pour ce qui est du coût prohibitif du gaz, le PNUD est en train de développer avec une banque un produit de microfinance qui permet d’acquérir une bouteille de gaz, quitte à la payer de manière échelonnée, surtout au démarrage.

En ce qui concerne la sécurité dans l’utilisation du gaz de pétrole liquéfié, un plan directeur est en cours de développement au niveau de Kinshasa, lequel sera appuyé la sensibilisation des populations à l’usage efficient du réchaud à gaz.

Cette campagne cible les cinq villes les mieux loties en termes d’accès à l’énergie parce qu’elles constituent des pôles de forte consommation du bois de chauffe ou du charbon et autour de ces villes, il se constate une grande activité de déforestation. D’autre part, a poursuivi M. Kouadjo, l’électricité coûte trop cher en termes de cuisson notamment pour la plupart des villes africaines, elle n’est pas à la portée de tout le monde. Enfin, le programme ne peut pas être trop prétentieux pour prendre toutes les villes congolaises, mais au moins le programme compte sur l’effet multiplicateur de l’information à travers les médias et l’action de l’ambassadeur de bonne volonté Baraba Kanam via sa musique.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Voir Aussi