Le_Potentiel logo
Le_Potentiel logo

Conférence sur la sécurité internationale, Moscou : Gilbert Kabanda sollicite l’appui multiforme de la Russie pour la RDC

Partager :

gilbert k

La 10è conférence annuelle sur la sécurité internationale, a ouvert ses portes, le mercredi 17 août 2022, à Moscou, en Russie. Ce forum mondial réunit 300 délégués venus de 40 pays à travers les 5 continents. Hormis les États-Unis, leurs alliés de l’Union européenne et de l’OTAN qui, pour des raisons faciles à deviner, boudent cette conférence internationale organisées par les autorités de la Russie et ainsi brillent par leurs absences dans la salle de conférence du Quartier général des Forces de défense et de sécurité russes.

Cette conférence est placée sous la présidence du ministre de la Défense russe, le général d’armée, Sergey Shogu. Mais c’est le président de la Fédération de Russie lui-même qui a donné le coup d’envoi à travers un message par vidéo-conférence.  Message dans lequel Vladimir Poutine a souhaité la bienvenue au conférenciers présents dans la salle. Bien évidemment le maître du Kremlin a réitéré sa position sur la guerre en cours en Ukraine, une position déjà bien connue de l’opinion mondiale en Russie : il s’agit des opérations spéciales militaires.

Dans tous les cas et à écouter les différents intervenants montés à la tribune de cette conférence, les esprits sont hantés par la fameuse guerre d’Ukraine.

A son tour, le ministre de la Défense nationale et des Anciens combattants, Dr Gilbert Kabanda Kurhenga, est monté au créneau. Devant les participants, le ministre Gilbert Kabanda a fait entendre la voix de la RDC. Avec à la clé des images atroces, œuvre de la barbarie du terrorisme perpétré par des pays voisins de l’Est qui se distinguent par leur esprit hégémonique et expansionniste, auteurs des pillages des ressources minières du Congo.

« L’appui multiforme de la Russie et de l’ensemble des pays participant à cette conférence est vivement souhaité. Il est tout aussi important pour notre forum de souligner cette menace délibérée à la paix en Afrique centrale avec toutes ses dangereuses implications socioéconomiques dans la sous-région et dans le monde. Car, déstabiliser la RDC, c’est compromettre gravement le désormais premier poumon du monde devant l’Amazonie, puisque détenteur de la principale concentration des tourbières planétaires pour la séquestration du carbone, principal agent causal du réchauffement climatique. Mais aussi, déstabiliser la RDC, c’est mettre gravement en danger l’exploitation équitable pour le monde entier d’importantes richesses exceptionnelles du sol et du sous-sol de ce pays béni de Dieu, qui a voulu que lui tout seul remplisse tout le tableau périodique des éléments chimiques de Mendelieff », a relevé le ministre Kabanda.

Il a réitéré la position de Kinshasa, on ne peut plus claire, en rapport avec la guerre en Ukraine au regard des enjeux de l’heure, à savoir « Non à la guerre étant donné ses méfaits divers, mais oui à la sauvegarde des liens d’amitié entre la Russie et la RD Congo, une amitié vieille de 62 ans », a martelé le ministre congolais de la Défense nationale congolaise.

« Certes, la RDC a voté, par principe, contre la guerre au regard des conséquences humaines et économiques qui en découlent pour toutes les parties belligérantes, agresseurs et agressé. Mais, elle garde toute son amitié, sa reconnaissance et sa considération pour tous les soutiens qu’elle apporte à la RDC depuis 62 ans. 

Afin d’atténuer les méfaits de ces conflits (inflation, crise énergétique, alimentaire, etc.), la RDC, qui connaît les méfaits de la guerre depuis 25 ans, réitère son appel à un cessez-le-feu au profit d’un dialogue politique pour redonner de l’espoir au monde entier.

Comments 1

  1. Avatar Wally says:

    Jesuis congolais et fière de l’être mon pays ne sera jamais divisé, jamais

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Voir Aussi