Le_Potentiel logo
Le_Potentiel logo

Processus électorale : la CENI en atelier d’identification et enrôlement des Congolais de l’étranger

Le président de la Commission électorale nationale indépendante (CENI), Denis Kadima, a lancé, mercredi, 24 août à l'hôtel Memling, à Gombe, les travaux de l'atelier d'échange sur l'identification et l'enrôlement des déplacés internes et des Congolais résidant à l'étranger.

Partager :

cen

D’après M. Kadima, cet atelier se veut pratique, parce qu’il doit en découler une approche qui sera utilisée dans le cadre de l’identification et l’inscription des Congolais vivant à l’étranger ainsi que ceux déplacés de leurs lieux de résidence habituelle à cause de l’instabilité dans certains coins du pays ; ce qui est principalement liée à la présence des groupes armés et aux conflits intercommunautaires, a rapporté digitalcongo.net.

Selon la source, Denis Kadima a souhaité que ces échanges fournissent des éléments concrets avant que l’organe qu’il chapote ne s’engage à l’exercice d’identification et d’enrôlement, des Congolais de l’étranger et ceux des déplacés, prévu pour mi-décembre ; pour des raisons de conflits de guerre ou intercommunautaires de leurs lieux de résidence habituelle.

« Il s’agit d’une phase pilote pour ceux des nôtres vivant hors de la RDC qui va nous permettre d’apprendre le contexte dans lequel ils évoluent et comment nous allons nous organiser en vue de les impliquer dans le processus électoral. Car la loi leur reconnaît ce droit en relevant qu’ils jouent un rôle de premier ordre sur le plan social, notamment avec le transfert des fonds aux nombreuses familles restées au pays. Et nous ne pouvons pas les laisser en marge de ce qui se passe au pays. Le processus électoral, il faut le rappeler, a été enclenché avec un grand retard et il nous est impossible d’aller dans les 66 pays où le Congo a une représentation diplomatique, nous nous sommes limités à 5 (Afrique du Sud, France, Belgique, États-Unis et Canada) où l’état civil est plus ou moins bien géré », a –t-il confié.

Avant d’ajouter en substance « les leçons que nous allons tirer de cet exercice, pourront permettre à la Ceni, nous l’espérons vivement, en 2028, d’être en mesure de faire voter tous les Congolais vivant hors du territoire national. Je souhaiterais que les interventions dans ce cadre ne soient pas livresques avec plutôt des informations concrètes pour que cela nous oriente vers de vraies solutions. Nous avons exclu de ce choix les pays limitrophes pour éviter des confusions. L’inscription des électeurs devant débuter à la mi-décembre et cela concerne également les déplacés de leurs résidences habituelles ainsi que nous le disions plus-haut. La Ceni s’est engagée à innover dans le cadre de la révision du fichier électoral. Cet exercice va se dérouler au même moment que le gouvernement tient à doter les Congolais d’un fichier complet d’état civil pour leur permettre d’obtenir la carte d’identité », conclut-il.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Voir Aussi