1. FOCUS > Paul Nsapu : « J’ai les compétences professionnelles requises pour occuper ce poste »
  2. FOCUS > Paul Nsapu : « J’ai les compétences professionnelles requises pour occuper ce poste »
  3. FOCUS > Moïse Katumbi dans le collimateur des assassins à Lubumbashi
  4. FOCUS > Moïse Katumbi dans le collimateur des assassins à Lubumbashi
  5. PROVINCES > Grâce présidentielle : Une centaine de prisonniers libérée à Bukavu et Uvira
  6. PROVINCES > Grâce présidentielle : Une centaine de prisonniers libérée à Bukavu et Uvira
  7. PROVINCES > Kasaï Oriental : Les professionnels des médias dans la rue
  8. PROVINCES > Kasaï Oriental : Les professionnels des médias dans la rue
  9. INTERVIEW > Cinq questions à Tatiana Nguya (*)
  10. INTERVIEW > Cinq questions à Tatiana Nguya (*)
  11. POLITIQUE > Journée africaine de la décentralisation et du développement local : la prévention des conflits en première ligne
  12. POLITIQUE > Journée africaine de la décentralisation et du développement local : la prévention des conflits en première ligne
  13. FOCUS > Retrait de troupes zambiennes : la diplomatie congolaise l’emporte
  14. FOCUS > Retrait de troupes zambiennes : la diplomatie congolaise l’emporte
  15. POLITIQUE > Me Clément Muza Kayembe : « Seul le chef de l’État peut initier des consultations »
  16. POLITIQUE > Me Clément Muza Kayembe : « Seul le chef de l’État peut initier des consultations »
  17. FOCUS > Gestion du projet « Bukanga Lonzo » : Le  2ème numéro de la Revue Congo Challenge met fin à la désinformation
  18. FOCUS > Gestion du projet « Bukanga Lonzo » : Le  2ème numéro de la Revue Congo Challenge met fin à la désinformation
  19. SOCIETE > Recrutement du personnel clé du programme d'appui au développement rural inclusif et résilient
  20. SOCIETE > Recrutement du personnel clé du programme d'appui au développement rural inclusif et résilient
  21. FOCUS > Rébellion des juges Kilomba et Ubulu : Une stratégie ratée du FCC
  22. FOCUS > Rébellion des juges Kilomba et Ubulu : Une stratégie ratée du FCC
  23. CULTURE > « Covid-19 :   le  Franc  congolais  vers  un déconfinement  hors-inflation ? » 
  24. CULTURE > « Covid-19 :   le  Franc  congolais  vers  un déconfinement  hors-inflation ? » 
  25. SOCIETE > Kcreascence Paulusi : « Ces massacres sont inadmissibles et leurs auteurs doivent rendre des comptes »
  26. SOCIETE > Kcreascence Paulusi : « Ces massacres sont inadmissibles et leurs auteurs doivent rendre des comptes »
  27. FOCUS > Appréciation du franc congolais : Des mesures aléatoires à effet éphémère
  28. FOCUS > Appréciation du franc congolais : Des mesures aléatoires à effet éphémère
  29. PROVINCES > Covid-19 à Tshangu : Le spectre d’une nouvelle vague plane sur Kinshasa
  30. PROVINCES > Covid-19 à Tshangu : Le spectre d’une nouvelle vague plane sur Kinshasa
  31. PROVINCES > Kongo Central : L’insécurité à Seke-Banza à l’ordre du jour au ministère des Relations avec le Parlement
  32. PROVINCES > Kongo Central : L’insécurité à Seke-Banza à l’ordre du jour au ministère des Relations avec le Parlement
  33. POLITIQUE > Marche du 19 juillet : L’UDPS inhume les « martyrs » ce mercredi à Kinshasa et Lubumbashi
  34. POLITIQUE > Marche du 19 juillet : L’UDPS inhume les « martyrs » ce mercredi à Kinshasa et Lubumbashi
  35. PROVINCES > Nord-Kivu : David Kamuha sensibilise au civisme fiscal pour le développement de la province
  36. PROVINCES > Nord-Kivu : David Kamuha sensibilise au civisme fiscal pour le développement de la province
  37. POLITIQUE > Crimes dans l’Est de la RDC : Dr Mukwege plaide pour la fin de l’impunité
  38. POLITIQUE > Crimes dans l’Est de la RDC : Dr Mukwege plaide pour la fin de l’impunité
  39. PROVINCES > Bandundu : la Comaco célèbre la Tabaski à travers des actions humanitaires
  40. PROVINCES > Bandundu : la Comaco célèbre la Tabaski à travers des actions humanitaires
  41. SOCIETE > ÉLAN RDC et GIZ sensibilisent à l’utilisation du mobile money et aux paiements numériques dans le contexte de Covid-19
  42. SOCIETE > ÉLAN RDC et GIZ sensibilisent à l’utilisation du mobile money et aux paiements numériques dans le contexte de Covid-19
  43. ECONOMIE > Haut-Katanga: Qui a « privatisé » le poste-frontière de Kasumbalesa?
  44. ECONOMIE > Haut-Katanga: Qui a « privatisé » le poste-frontière de Kasumbalesa?
  45. FOCUS > La BCC aux abois face à la « guerre des changes »
  46. FOCUS > La BCC aux abois face à la « guerre des changes »
  47. FORUM > Réformes électorales : inopportunité d’un forum formel extra-institutionnel
  48. FORUM > Réformes électorales : inopportunité d’un forum formel extra-institutionnel
  49. CULTURE > Kinshasa : musique et danse au menu d’un gala caritatif en faveur de drépanocytaires
  50. CULTURE > Kinshasa : musique et danse au menu d’un gala caritatif en faveur de drépanocytaires
  51. ECONOMIE > La RDC réintègre la liste des pays africains éligibles à l’AGOA
  52. ECONOMIE > La RDC réintègre la liste des pays africains éligibles à l’AGOA
  53. SOCIETE > Covid-19 : La Chine octroie un don de 246 milles masques chirurgicaux au FNSCC
  54. SOCIETE > Covid-19 : La Chine octroie un don de 246 milles masques chirurgicaux au FNSCC
  55. FOCUS > La Zambie sollicite un nouveau délai de 7 jours pour évacuer ses militaires
  56. FOCUS > La Zambie sollicite un nouveau délai de 7 jours pour évacuer ses militaires
  57. SOCIETE > Afriland First Bank CD redonne le sourire aux vieillards de Kinshasa
  58. SOCIETE > Afriland First Bank CD redonne le sourire aux vieillards de Kinshasa
  59. FORUM > Le  mal congolais : Immenses richesses naturelles face à une classe politique irresponsable et controversée !
  60. FORUM > Le  mal congolais : Immenses richesses naturelles face à une classe politique irresponsable et controversée !
inner-page-banner

Depuis les dernières vagues qui ont secoué la coalition FCC-CACH au pouvoir, il s’observe un regain de sentiments de solidarité qui se dessinent parmi des « suspects de toutes tendances », prétendument en désaccord idéologique avec le président Félix Tshisekedi, ouvertement ou non. Afin de tirer la sonnette d’alarme, c’est le haut représentant du chef de l’État, Kitenge Yesu, qui crie à haute voix « au voleur ». Alors que le FCC tient au quotidien la gestion et le contrôle du pays, il est étonnant de constater que la plateforme politique chère à l’ex-président de la République se soit inscrite dans un jeu de « gérer pour échouer ». Entre le dire et le faire, dénonce M. Kitenge, il y a un écart criant chez les alliés au pouvoir. En un mot, la logique s’explique comme ceci : majoritaire au Parlement et au gouvernement, juge et partie, le FCC organise et parraine l’échec.

Entre le Front commun pour le Congo (FCC) de l’ex-président Joseph Kabila et le Cap pour le changement (CACH) du président Tshisekedi, c’est l’imbroglio dans la gestion de la République. Le gouvernement qui a les prérogatives constitutionnelles de gérer le pays au quotidien, excelle dans l’inefficacité pour résorber la crise socioéconomique et sécuritaire ; laquelle s’est renforcée davantage avec la récente crise sanitaire due à la Covid-19.

Le paradoxe, c’est qu’au sein de la coalition au pouvoir, les objectifs sont opposés. Les membres ne regardent pas dans la même direction. Le gouvernement, avec à sa tête un PPRD, l’ancien parti au pouvoir, demeure amorphe autant que son Premier ministre, pour développer des politiques ou actions publiques à la hauteur des défis qui se posent après l’alternance au sommet de l’État en janvier 2019, une alternance qui a pourtant suscité et nourri des espoirs, mais aujourd’hui en voie de se briser !

Tshisekedi se bat contre la pieuvre

Dans ce décor politique, l’impulsion du chef de l’État pour asseoir une nouvelle dynamique politique à même de susciter le sourire chez le petit peuple contraste avec la volonté de ses partenaires de la coalition. Ces derniers jouent clairement pour contrecarrer l’émergence qui porterait la signature de l’actuel président Félix Tshisekedi.

Et l’Assemblée nationale, institution attitrée pour passer au peigne fin l’action de l’exécutif, est loin de débats d’intérêts sociaux à même d’enclencher des réformes multisectorielles. Pourtant, comme à la tête de la Primature, c’est encore une casquette PPRD qui trône à la Chambre basse du Parlement. Comme pour dire : duo institutionnel gouvernement-Assemblée nationale, joue à un jeu d’échec dans lequel il faut livrer le roi. Une stratégie qui n’est pourtant pas rationnelle dans la dimension de la responsabilité historique.

Dans un tweet, lundi 27 juillet, le haut représentant du chef de l’État a recadré les choses de la manière dont il le pouvait, en dénonçant ce qu’il considère comme un « double jeu » des caciques du FCC.

« La cause réelle des alliances circonstancielles actuelles est un combat contre la justice, l’Etat de droit. Solidarité sous le slogan SUSPECTS DE TOUTES TENDANCES, UNISSONS-NOUS. Mais notez que la façon dont le chat marche le jour est différente de la façon dont il marche la nuit », a écrit Kitenge Yesu.

Ce tweet qui a fait le tour des réseaux sociaux fait suite à la série de visites de différentes personnalités du pays au directeur de cabinet du chef de l’État, Vital Kamerhe, condamné à 20 ans des travaux forcés à la prison de Makala. Sans ambages, le haut représentant du chef de l’État dénonce le fait qu’ils (FCC et alliés) sont dans une alliance de malfaiteurs.

En clair, Kitenge Yesu relève une dichotomie entre ce qui se dit le jour et ce qui se fait la nuit au sein de la coalition. « Mais, notez que la façon dont le chat marche le jour est différente de la façon dont il marche la nuit ».

Dans une exégèse politique simple, l’on peut interpréter comme suit le tweet de Kitenge Yesu : « Alliances circonstancielles » signifie alliances politiques (FCC…), religieuses, linguistiques (swahili), provinciales… ; « suspects de toutes tendances » renvoie ici aux individus présumés être en désaccord idéologique avec le président Tshisekedi, ouvertement ou non ; « objectif de ces alliances » serait de manifester les sentiments de solidarité les uns envers les autres en vue d’un but à atteindre.

… Et Kamerhe s’en souviendra longtemps

Ceci étant clairement circonscrit, le « ballet pénitentiaire » observé ces derniers jours à l’ex-prison de Makala, pour visiter Vital Kamerhe, étonne plus d’un observateur. D’abord, le secrétaire général de la CENCO, l’abbé Donatien Nshole, puis le coordonnateur du FCC, Néhémie Mwilanya, et même l’ancien vice-président de la Céni, Norbert Basengezi, est lui aussi allé exprimer sa compassion à son co-régionnaire, élu de Bukavu.

Dans le même registre, l’ex-première dame de la République, Marie-Olive Lembe Kabila, était partie, elle aussi, « consoler » l’épouse de Kamerhe, Amida Chatur, qu’elle avait copieusement critiquée pendant la campagne électorale de 2018.

Il est vrai que les motivations des uns et des autres pour ce cinéma sont loin d’être honnêtes, altruistes. Pas besoin de dessiner un croquis pour lire entre les lignes dans quel sens le vent est en train de souffler.

Toutefois, Vital Kamerhe n’a certainement pas oublié la manière dont il a été humilié à deux reprises par l’ex-président Joseph Kabila. La 1ère, c’est quand il l’a déguerpi avec violence de la résidence officielle qu’il occupait en tant que président de l’Assemblée nationale. La seconde, c’est quand il lui a fait miroiter le poste de Premier ministre s’il se désolidarisait de l’opposition, en participant au dialogue de la Cité de l’Union africaine présidé par Edem Kodjo. Ce poste, jamais le président de l’Union pour la nation congolaise (UNC) ne l’a obtenu.

Croire aujourd’hui qu’en envoyant ses émissaires lui rendre visite à la prison de Makala, son frère-ennemi a changé d’avis par compassion, sera un leurre. Le temps est le mauvais allié des menteurs. Laissons-le révéler ses vérités un jour.

Au-delà tout ce qui se trame et se boutique pour tirer les actions du développement du pays vers le bas, le président de la République devra se démarquer, sortir du lot de petites combines politiques de basse classe afin de rêver grand et voir loin… jusqu’en 2023. Car, ici, face au peuple, ce sera lui, et lui seul, qui rendra compte du bilan de son quinquennat. Les électeurs du Congo profond n’auront pas besoin de savoir si Félix Tshisekedi avait géré durant ses cinq ans avec des coalisés ou pas. Le peuple lui demandera plutôt ce qu’il a fait pour eux. À lui d’agir ic et nunc.

 

 


LP