Le_Potentiel logo
Le_Potentiel logo

Manipulation politicienne : Josué Takataka appelle la jeunesse congolaise à plus de vigilance

Josué Takataka a déploré le manque d’encadrement des jeunes compatriotes : «Il n’y a aucun centre d’encadrement.

Partager :

SKE__cbus_0921201808TexteIPAN_mGlis

Le vice-président de la Ligue des jeunes de Kinshasa au sein de l’Alliance pour la bonne gouvernance (ABG), Josué Takataka Mandefo, se dit inquiet de voir la jeunesse congolaise, avenir de la RDC, être abandonnée aujourd’hui à son triste sort et, hélas, exposée à une manipulation politicienne. Il l’a déclaré au cours d’un entretien accordé récemment au «cardinal», animateur de l’émission Sondage Polelepolele diffusée sur Télé7.

Défenseur de la jeunesse, il a appelé ses jeunes compatriotes à «plus de conscience, à la vigilance et à ne pas se laisser manipuler par des politiciens véreux, malintentionnés qui ne visent que leurs propres intérêts».

Soucieux de l’avenir des jeunes congolais, il a prodigué quelques conseils pratiques pour ce faire : «La jeunesse doit être consciencieuse de son sort ; elle doit mettre la volonté. Celle-ci est liée au sérieux que la jeunesse devra mettre dans ce qu’il fait ; il doit savoir s’organiser pour assurer son avenir. Avant de compter sur l’État, il doit lui-même être visionneur. Nous invitons tous les jeunes désœuvrés et qui se sentent délaissés à venir au sein de l’ABG pour bénéficier d’un bon encadrement».

Promoteur des écoles, entrepreneur et encadreur, Josué Takataka Mandefo est prêt à partager son expertise avec la jeunesse congolaise. Il a demandé aux jeunes de «se faire crédibles, d’être fiers d’eux, de savoir assumer leurs responsabilités, et affronter les bureaux c’est-à-dire avoir le courage d’aller chercher de l’emploi».

«Les politiciens n’aident pas la jeunesse»

Josué Takataka a déploré le manque d’encadrement des jeunes compatriotes : «Il n’y a aucun centre d’encadrement. On ne voit même pas la place de la jeunesse dans le budget de l’État, contrairement à d’autres États où la jeunesse est considérée. Pour assurer leur survie, les jeunes congolais aujourd’hui se permettent de faire n’importe quoi. Ils prennent même le risque de quitter le pays à la recherche de l’eldorado. Les politiciens n’aident pas aussi la jeunesse mais ils sont les premiers à les utiliser abusivement. Pour preuve, la fête de la jeunesse qui venait d’être célébrée le 26 juillet dernier, il y a eu peu de gens qui ont parlé en faveur de la jeunesse. Au sein de l’ABG, parti cher à Jonathan Bialusuka Wata, lui-même jeune, est en train de parfaire l’encadrement des jeunes. Le cas probant est celui de M. Josué Takataka, jeune de son état, est entrepreneur avec 325 personnes qu’il gère et à qui il a donné de l’emploi».

À en croire Josué Takataka, au sein de l’ABG, la jeunesse est promue et prise en considération. C’est le cas du ministre provincial des Finances, Jean Ngoy ; de la direction générale de publicité de la ville de Kinshasa, où travaillent beaucoup de jeunes issus de l’ABG.

Président provincial/Kinshasa d’une structure composée de maîtres volontaires contre les bandits à mains armées «kuluna», Josué Takataka Mandefo encadre 5000 jeunes. Il a déploré le fait que sa structure ne reçoit jusque-là aucune subvention de l’État alors qu’elle accompagne ce dernier.

Au regard de tout ce qui précède, le vice-président de la Ligue des jeunes de Kinshasa au sein de l’ABG reste convaincu d’une chose : «Avec la politique que prône le chef de l’État Félix-Antoine Tshisekedi, je suis convaincu que la jeunesse va petit à petit retrouver sa place de choix en RDC».

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Voir Aussi