Le_Potentiel logo
Le_Potentiel logo

Haut-Katanga : La Police arrête quatorze présumés criminels à Lubumbashi

Ces prévenus, parmi lesquels des miliciens Bakata Katanga ont été présentés par les services généraux des renseignements de la police au commissaire divisionnaire adjoint.

Partager :

SKE__cbus_0516201510CRIMINELSDANSLEHAUTKATANGA_mGlis

La Police nationale congolaise (PNC) a annoncé, mercredi 14 octobre à Lubumbashi, chef-lieu de la province du Haut-Katanga, l’arrestation de 14 présumés « criminels », auteurs de l’insécurité dans les villes et d’autres contrées du Haut-Katanga.

Ces prévenus, parmi lesquels des miliciens Bakata Katanga ont été présentés par les services généraux des renseignements de la police au commissaire divisionnaire adjoint Louis Segond Karawa.

Arrêtées, ces personnes sont réparties en deux groupes. Il s’agit de ceux qui sont à la base de l’insécurité dans les villes de Lubumbashi et Likasi, mais également de quelques présumés éléments Bakata Katanga qui avaient fait incursion dans la ville de Lubumbashi le 26 septembre dernier.

Au total, ils sont au nombre de 14, dont 7 présumés bandits et 7 présumés Bakata Katanga.

« Dans le premier groupe des Maï-Maï qui avaient fait incursion à Lubumbashi le 26 septembre dernier, nous avons Ngoy Mwilambwe, c’est lui qui faisait des cérémonies au cimetière Kashamata avant l’incursion. Nous avons également Mulongo Bupe arrêté dans le territoire de Kasenga, une dame arrêtée au quartier Zambia provenant de Kabondo dianda dans le Haut-Lomami. Quant au deuxième groupe, il est constitué des 7 présumés criminels à la base de l’insécurité dans les villes de Lubumbashi et Likasi. Ces gens sont dirigés par l’adjudant Kakese Luboja. Celui-ci est de la compagnie QG de la 22ème région militaire », dit la police. 

Face aux actes ignobles qu’affichent les criminels dans certaines contrées de la province du Haut-Katanga, le chef de la police Louis Segond Karawa a exprimée l’engagement de la police qui se veut redevable vis-à-vis de la population. Exaspérés, les habitants de cette partie du pays continuent d’interpeller les services de la sécurité afin de poursuivre tous les réseaux des criminels opérant au Haut-Katanga. « C’est une satisfaction, et ceci prouve que la police fait son travail. Nous sommes redevables vis-à-vis de la population, et cette redevabilité nous pousse à continuer de traquer les criminels pour que finalement cette population puisse vivre en paix », a-t-il dit. 

Il faut noter que malgré la détermination de la police, car la situation sécuritaire dans cette région reste précaire. Chaque jour, la population rapporte plusieurs cas de vols, meurtres et viols. D’autres signes de l’insécurité sont les incursions à répétition des miliciens Bakata Katanga à Lubumbashi. Au cours de deux incursions des hommes de Gédéon Kyungu, au moins 52 personnes ont été tuées, civils, militaires et policiers confondus.

La courbe de la criminalité en baisse

A titre de rappel, le commissaire provincial de la police du Haut-Katanga Louis Segond Karawa a affirmé que le taux de criminalité a baissé comparativement aux deux dernières années.  Quant à lui, les vols à mains armées, le meurtre et  le viol sont en nette régression grâce aux stratégies mises sur pied par les forces de sécurité. Il s’engage ainsi à lutter contre cette « criminalité organisée », qui fait que des bandits armés résistent aux forces de sécurité pendant plusieurs heures aux cours de leurs opérations. 

« Il y a la criminalité organisée, c’est cette criminalité ou les forces de l’ordre depuis une heure du matin deux heures du matin s’affrontent avec les criminels pendant plus d’une heure, deux heures, trois heures. Le vrai criminel quand il va opérer quelque part, parce qu’il sait d’abord que pour avoir une arme ce n’est pas facile pour lui, pour avoir des munitions ce n’est pas facile pour lui », a-t-il déclaré.

Hervé Ntumba

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Voir Aussi