Le_Potentiel logo
Le_Potentiel logo

Les révolutionnaires déçoivent

Si l’investiture du gouvernement est différée sine die pour des faits de chantage, quelle serait la réaction des fonctionnaires, enseignants, soldats...

Partager :

SKE__cbus_3530211804GOUVERNEMENTSAMALUKONDE_mGlis

Sama Lukonde 1 sera-t-il investi cette semaine par le Parlement ? Des rumeurs contradictoires ont circulé le dernier week-end, inquiétant plus d’un citoyen. Selon certaines sources, l’investiture serait conditionnée par la réponse « favorable » que le chef de l’État devra d’urgence réserver au mémorandum des 138 députés « révolutionnaires » – ex-PPRD/FCC – furieux de ne pas se retrouver sur la liste des ministres nommés lundi passé.

Néanmoins, nous observons que, sans expliciter la nature de leurs revendications, ni se répandre dans les médias comme à l’accoutumée, les « révolutionnaires » ont dit réserver la primeur du contenu de leur mémo à leur nouvelle « autorité morale », F.A. Tshisekedi Tshilombo. Cependant, notre proximité avec la classe politique depuis les années Mobutu nous permet d’affirmer que ces revendications portent essentiellement sur le partage du gâteau. La taille du gouvernement ayant limité le recrutement à 57 warriors, les «révolutionnaires» se disent déçus ! Or, ce sont eux qui déçoivent. Leurs ambitions sont dorénavant ouvertes sur les entreprises et services publics.

Si l’investiture du gouvernement est différée sine die pour des faits de chantage, quelle serait la réaction des fonctionnaires, enseignants, soldats, policiers, sans emploi, étudiants, kulunas, qui, du bas de leur échelle sociale, observent des privilégiés bien rémunérés par l’État, bloquer le fonctionnement des institutions par égoïsme ? Les députés «révolutionnaires» pourraient-ils convaincre qu’ils ont rejoint l’Union sacrée pour servir «le Peuple d’abord» ?

L’histoire, dit-on, est un perpétuel recommencement. Quand des nains politiques l’ignorent, Le Potentiel se fait le devoir de leur rappeler que la colère des affamés a soulevé les Zaïrois, sous Mobutu, pour tuer le tissu économique. Et piller dans les résidences des cadres politiques en vue. Le pays ne s’en est jamais relevé.

Le Potentiel

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Voir Aussi