Le_Potentiel logo
Le_Potentiel logo

Procès Chebeya – Bazana : La haute Cour militaire rejette la demande de la partie civile sur la comparution de Kabila

Partager :

SKE__cbus_1103222001Kabila-a-Kolwezi_mGlis

Au cours de l’audience foraine tenue, mercredi 19 janvier 2022, à la prison militaire de Ndolo, la haute Cour militaire a rejeté la requête de la partie civile demandant la comparution du président honoraire de la RDC, Joseph Kabila, dans le cadre du procès sur le double assassinat du défenseur des droits de l’Homme de Chebeya ainsi que son chauffeur Fidèle Bazana.

Siégeant au second degré dans le cadre du procès sur le double assassinat en 2010, du défenseur de droits humains Floribert Chebeya et son chauffeur Fidèle Bazana, la haute Cour militaire s’est prononcée, mercredi 19 janvier, sur la comparution ou non du président honoraire, Joseph Kabila, en qualité de renseignant, selon la demande de la partie civile.

Cité par le major Paul Mwilambwe, chef du protocole de l’Inspection générale de la police au moment des faits, comme le commanditaire principal du double assassinat de Chebeya et Bazana, le sénateur à vie, Joseph Kabila Kabange, « le fermier de Kingakati», ne comparaîtra pas comme renseignant dans le procès sur le meurtre de Floribert Chebeya et Fidèle Bazana pour se conformer à l’article 64 du Code de procédure pénale.

« L’audience du 12 janvier était réservée aux plaidoiries des parties, et au cours de celles-ci, une des parties civiles a plaidé. Et pour se conformer à l’article 64 du Code de procédure pénale, le président de céans, usant de son pouvoir discrétionnaire, estime ne pas faire droit à cette demande », a déclaré la Cour dans son arrêt.

Lors de ses dépositions et audiences, Paul Mwilambwe, l’un des témoins clés dans l’affaire, a chargé plusieurs personnalités dont le président honoraire de la République, Joseph Kabila, le général John Numbi, le général Joseph Mponde, ancien auditeur supérieur militaire et le bourgmestre de la commune de Limete.

« Quand le téléphone sonne, le général Mponde répond. Ça c’est le général John Numbi qui appelle. Il parle en swahili. Est-ce que tu as déjà reçu l’appel du Raïs ? Le général Mponde dit : « Non ». Et quand le Raïs appelle, il pose la question au général Mponde : « Est-ce que Mwilambwe est là ? Passe-le-moi ». Et quand il me passe le président, celui-ci me demande en swahili de ne pas révéler au général Mponde tout ce que j’ai vécu. La personne qui m’a informé, c’était le président Kabila lui-même », avait témoigné le major Paul Mwilambwe lors de l’audience du mercredi 8 décembre 2021.

Ces témoignages qualifiés de contrevérités par le ministère public, après que ce dernier a été contredit par trois de ses coaccusés, car le ministère public estimait que Paul Mwilambwe cherche à se disculper comme s’il n’avait pas joué un rôle dans ce crime.

A entendre certains témoignages, Floribert Chebeya avait été convoqué le 1er juin 2010, à l’Inspection générale de la police à Kinshasa, pour rencontrer son responsable le général John Numbi. Son corps avait été retrouvé le lendemain dans sa voiture, les poignets portant des traces de menottes à Mitendi, périphérie Ouest de Kinshasa. Celui de son chauffeur Fidèle Bazana n’a jamais été retrouvé jusqu’à ce jour.

Ance Tony (Stagiaire)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Voir Aussi