Le_Potentiel logo
Le_Potentiel logo

Gestion efficiente des fonds publics : Jules Alingite braque les projecteurs de l’IGF sur le domaine des infrastructures

Partager :

SKE__cbus_5010211110Jules-Alingete_mGlis

L’Inspection générale des finances (IGF) prévoit dès janvier 2022 de lancer des inspecteurs des finances spécialistes en évaluation des bâtiments, des routes, des ponts, des écoles pour lutter contre la surfacturation en RDC dans le secteur des infrastructures.

Le chef de service de l’Inspection Générale des Finances (IGF), Jules Alingete a, au cours d’un point de presse tenu le week-end dernier à Kinshasa, annoncé que pour lutter contre la surfacturation en République démocratique du Congo (RDC), l’IGF aura en janvier 2022 des inspecteurs des finances spécialistes en évaluation des bâtiments, des routes, des ponts, des écoles, etc.

« L’IGF organise un test de recrutement en vue de porter ses effectifs à plus de 200 inspecteurs. Il y a une année, l’IGF travaillait avec 60 inspecteurs des finances. L’année passée on a recruté 85, on est passés à 145. Mais la demande en termes des missions de contrôle étant tellement élevée, il était très important que nous puissions recruter encore pour atteindre les effectifs organiques », a-t-il déclaré.

Ce renforcement des effectifs serait en marge des travaux énormes qui attendent les entreprises publiques de la RDC dès l’année prochaine. Pour ce faire, l’inspecteur Jules Alingete dit être dans l’obligation de former d’autres agents qui doivent assurer des missions d’inspection, car lui seul ne saura pas.

« Ce qui est particulier, ce que c’est pour la première fois qu’à l’IGF nous aurons des inspecteurs des finances spécialistes en évaluation des bâtiments, des routes, des ponts, des écoles… Bref, le gros des marchés publics. Vous savez dans les marchés publics, dans les marchés des travaux, il y a beaucoup de faits de surfacturation, de malfaçon et de corruption. Et quand nous, nous intervenons nous nous limitons aux aspects financiers. Et nous n’avons pas assez de compétences pour faire l’évaluation physique des travaux », s’est-il expliqué.

A l’en croire, l’IGF a une particularité qui est aussi celle de l’inspection en ingénierie de construction. « Mais à partir de janvier 2022, nous allons intervenir en faisant des évaluations financière et physique, avec aujourd’hui des inspecteurs des finances qui ont comme profil ingénieurs en construction. C’est l’une des particularités », a-t-il fait savoir.

Autre particularité, c’est le recrutement des inspecteurs généraux des finances experts en informatique.

« En plus, vous savez le contrôle des finances publiques, le contrôle des entreprises aujourd’hui exige des connaissances très approfondies en matière d’informatique. Et c’est pour cela, nous aurons également dans ce lot, au moins 15 inspecteurs de profil ingénieurs en informatique. Ils vont aider l’Inspection générale des Finances à accéder aux serveurs pour prendre des données », a-t-il indiqué.

Rappelons que les gros des morceaux de détournement de deniers publics en ces jours en RDC, tournent autour de la construction, de la réhabilitation ou de la modernisation des infrastructures. Le procès phare de 100 jours, le dossier de Bukanga-Lonzo, la construction des routes ou l’acquisition des matériels, en sont des illustrations incontestées. Et le secteur minier, n’est pas resté en marge de l’entreprise criminelle.

Souvent, les détourneurs s’arrangent pour ficeler la toile de leur forfait en surfacturant les ouvrages réalisés en complicité avec des délégués à pied d’œuvre.

Almaf

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Voir Aussi