Le_Potentiel logo
Le_Potentiel logo

ESU : de nouveaux programmes pour résoudre l’inadéquation entre la formation et la demande du monde professionnel  

Partager :

SKE__cbus_1256210912MOHINDO_mGlis

 

C’est question d’idéal car, pour lui, ” après avoir défendu cet idéal au Parlement, quand il passe à l’exécutif, il va falloir secouer le cocotier. Sinon, on a le choix de croiser les bars et de laisser le système pourrir ou prendre des décisions courageuses pour essayer de mettre le système sur le rail “. Au terme des états généraux tenus à Lubumbashi (Haut-Katanga), le ministère a entamé les réformes pour la mise en œuvre effective du LMD dès la prochaine rentrée académique. Cette réforme, a renseigné le ministre, a été consacré par la Loicadre sur l’enseignement national, en tant que système d’enseignement en RDC, depuis 2014. Si le LMD n’est pas encore mis en œuvre, c’est parce que les ministres successifs qui se sont succédé à l’ESU n’ont pas eu le courage d’achever la réforme, a martelé par ailleurs Mohindo Nzangi.

Entretemps, il existe en RDC des établissements qui appliquent déjà le LMD et d’autres qui n’ont pas encore commencé la réforme. Et presqu’au même moment, la RDC a élaboré un projet PEQPSI qui a reçu 83 millions USD pour accompagner l’arrimage au LMD au niveau des établissements de l’ESU. Programme qui n’a pas été exécuté. Conséquence, sur la table du ministre se retrouvent de diplômes de licence LMD de trois ans et des diplômes de licence de 5 ans. Le ministre est dans l’embarras. Doit-il apposer sa signature sur ces deux documents : diplôme de licence de 3 ans et diplôme de licence de 5 ans pour un même système éducatif ? C’est la raison pour laquelle les états généraux ont levé l’option de généraliser le système LMD à partir la rentrée académique 2022.

A l’issue des états généraux, des équipes de la task force circulaires ont été mises en place, au sein desquelles travaillent de grands intellectuels du pays, filière par filière. Ces équipes sont internes depuis un mois pour fournir des maquettes de formations en vie de la révision des programmes d’enseignement. Le délai était fixé au 25 décembre, pour que des maquettes pour toutes les filières qui soient déjà prêtes. D’ores et déjà, des maquettes de droit, économie et sciences politiques sont prêtes comme celles des filières techniques. Il ne reste plus que quelques filières pour lesquelles on a eu recours à d’autres compétences supplémentaires pour aider à formater l’ensemble de ce système. A terme, la RDC va se doter de nouveaux programmes qui vont permettre de résoudre ce problème d’inadéquation de la formation et la demande du monde professionnel.

La réforme est générale

Il faut relever ici que la réforme du secteur de l’ESU ne concerne pas seulement la filière de médecine, elle s’étend à l’ensemble de l’ESU en général. Le ministère va publier incessamment, pour la 1ère fois d’ailleurs, la liste des instituts et universités autorisés à fonctionner dans le pays, puisque la mission de viabilité d’audit organisationnel envoyée en provinces a fait observer qu’il existe des milliers d’instituts et universités qui fonctionnent sans être reconnus par le ministère. Cette liste va aider les parents à inscrire leurs enfants dans les universités et instituts supérieurs reconnus par le ministère, après leurs études secondaires.

St Augustin K.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Voir Aussi