Le_Potentiel logo
Le_Potentiel logo

Kinshasa : l’Institut des musées nationaux du Congo menacé de déguerpissement

L’Institut des musées nationaux du Congo (IMNC) n’a plus que deux semaines (à dater du mercredi 6 avril 2022) pour libérer ce site présidentiel de Mont Ngaliema. Face à ce déguerpissement programmé, les premiers occupants de ce site se disent très inquiets dans la mesure où ils ne savent où aller entreposer cette quantité importante d’œuvres d’art protégées chiffrées à plus de 40000 espèces.

Partager :

institut des musées nationaux du congo (imnc)

Situé en plein site présidentiel du Mont Ngaliema, l’Institut des musées nationaux du Congo (IMNC) est menacé de spoliation. Selon une dépêche de Eventsrdc.com, les services d’un conseiller du président de la République ont signifié aux autorités de cet institut, depuis le mercredi 6 avril 2022, de quitter ce site. Dans la correspondance, un ultimatum de deux semaines a été donné aux premiers occupants de cet institut pour vider ce lieu. Ce déguerpissement programmé concerne le personnel et les œuvres d’art chiffrées à plus de 40000 espèces.

« Notre inquiétude est le lieu où sera entreposé cette quantité importante d’œuvres d’art protégées depuis la création de notre institut, il y a de cela 52 ans. Le musée de la RDC sur le Boulevard Triomphal et celui de la Place Echangeur ne sauront pas les accueillir », a confié à Eventsrdc.com, un agent de cet institut. Avant d’ajouter : « Depuis ce mercredi 6 avril, après-midi, les responsables de notre institut, extension du Mont Ngaliema, multiplient des réunions pour non seulement délocaliser ces œuvres d’art mais aussi et surtout pour les protéger. Ils ne savent pas auprès de quelles autorités étatiques poser leur problème ». Le même problème d’entreposage se pose dans le rapatriement des œuvres d’art congolaises présentes dans quelques musées belges, notamment le Musée Royal de l’Afrique centrale, à Tervuren. C’est-à-dire qu’il n’y a pas d’endroits propices pour accueillir les œuvres comptabilisées par une commission d’enquête belge. L’Etat congolais est invité à prendre ses dispositions utiles pour résoudre ce problème.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Voir Aussi