Le_Potentiel logo
Le_Potentiel logo

Boma : le bourreau du procureur général succombe à ses blessures

L’intrus qui a poignardé, samedi 16 avril en son office, le procureur de la République du parquet près le tribunal de grande instance de Boma, Edouard Matungulu, a succombé à ses blessures. L’affaire prend une autre tournure et la victime risque de se retrouver derrière le barreau, sinon ce sont les auteurs de cet homicide qui paient de leur forfaiture.

Partager :

boma le bourreau du procureur général succombe à ses blessures

L’individu qui a essayé de mettre fin à la vie d’Édouard Matungulu, le procureur de la République du parquet près le tribunal de grande instance de Boma, le samedi 16 avril, a succombé à ses blessures.

On se sou vient que le procureur de la République du parquet près le tribunal de grande instance de Boma, Édouard Matungulu, a été agressé par un criminel, le samedi 16 avril 2022 dans son bureau de travail, à Boma, deuxième ville portuaire du Kongo Central.

En fait, il a pris à partie par un criminel qui s’est introduit dans son office. Il a échappé miraculeusement à une mort certaine.

Il a, de ce fait, été urgemment évacué vers un centre hospitalier de la place pour des soins appropriés

Le maire de la ville de Boma, Marie-Josée Niongo Nsuami, qui confirme l’information, indique que l’auteur de cet acte ignoble a été appréhendé après son forfait.

Le maire de la ville de Boma a fait savoir que l’auteur de cet acte ignoble a été appréhendé après son forfait tout en précisant que la vie du procureur Édouard Matungulu n’est pas à craindre.

Cette mort n’est pas du tout une bonne nouvelle pour les agents de la Cour d’appel de Boma qui ont tabassé cet homme jusqu’à lui arracher son dernier souffle, eux qui sont censés respecter la loi et l’appliquer à la lettre.

Une enquête doit être ouverte pour déterminer les circonstances ayant conduit à cet incivique de passer à trépas.  Et si les présomptions pèsent sur les agents de l’ordre qui ont fait usage disproportionné de la force, ils risquent d’être punis doublement, surtout qu’il s’agit de mort d’homme.

La question que l’on se pose depuis cet incident est de savoir où étaient bien tous ces agents qui veulent prouver au procureur général leur dévouement. L’affaire prend désormais une autre allure, car il y a eu homicide et les responsables doivent répondre de leur forfait.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Voir Aussi