Le_Potentiel logo
Le_Potentiel logo

Guerre dans l’Est, Kinshasa durcit le ton : « Pas de cessez-le-feu avant le retrait du M23 de Bunagana »

Était-il vraiment important pour la RDC d’aller demander les pistes de solution chez l’Ougandais, Yoweri Museveni, par rapport à l’agression du Rwanda sous couvert de M23 ? Quelle est donc à ce jour la position de Kinshasa à la proposition de Kampala, l’invitant à négocier avec le groupe terroriste M23 ? Ces questions qui fâchent, soulevées par Le Potentiel au cours du briefing du lundi 18 juillet, du reste consacré à la rationalisation des taxes à l’import et export, ont trouvé des réponses avec le porte-parole du gouvernement, Patrick Muyaya. Ce dernier a d’abord indiqué que l’initiative de la rencontre de Kampala est du président ougandais. Et s’agissant de sa proposition, rien de plus qu’une simple opinion, selon Kinshasa. Car, de l’avis du gouvernement de la République, il n’y aura aucune progression dans cette affaire sans que le M23 appuyé par le Rwanda ne se retire de Bunagana. Tout est clair, pour ainsi dire, que le temps des pourparlers avec un pan du territoire occupé est révolu. Cette fermeté de Kinshasa traduit également la position de l’ensemble de Congolais qui en ont marre de voir perdurer la déstabilisation dans l’Est avec des acteurs et comploteurs connus.

Partager :

patrick muyaya

Plus de polémique. Le chef de l’État Félix Tshisekedi et le gouvernement de la République restent dans la position de défendre d’abord l’intégrité territoriale de la RDC avant tout. C’est pour dire qu’à ce stade où le Rwanda et leurs marionnettes occupent encore une partie de la RDC, en l’occurrence Bunagana dans le Nord-Kivu, aucune initiative singulière de rapprochement ne peut être envisagée.

pitshou
Journaliste et Coordonnateur du Journal Le Potentiel, Pitshou Mulumba aborde les questions d’actualité sur la sécurité dans l’Est

C’est une réplique qui vaut son pesant d’or quand on sait que le président ougandais, Yoweri Kaguta Museveni, a préconisé, jeudi 14 juillet, un cessez-le-feu comme solution dans les combats qui opposent les FARDC aux rebelles du M23, dans le Nord-Kivu. Sa proposition a été faite lors d’un échange avec une délégation congolaise conduite par le ministre des Infrastructures, Travaux Publics et Reconstruction (ITPR), Alexis Gisaro, à State House Entebbe (Ouganda).

« Cette histoire-ici [NDLR : la guerre FARDC-M23], on peut trouver une solution. Il faut voir aussi notre longue expérience. Ma proposition est de trouver une solution de façon complète. Mettre un cessez-le feu en place. Là où ils sont [NDLR : belligérants], pas de combats. Les Kenyans vont venir. À ces moments-là, on va diviser les forces et on va trouver une solution dans ce problème-là », a proposé le président ougandais.

Mais en rejetant l’option d’un cessez-le-feu avant le retrait des éléments du M23 de Bunagana, le gouvernement congolais évite d’aller négocier la question de sa souveraineté en position de faiblesse. C’est d’ailleurs l’avis d’une large opinion nationale qui apporte son total soutien aux FARDC et au chef de l’Etat pour le rétablissement total de la paix dans cette partie du territoire national.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Voir Aussi